1Q84

0
Pocket

8 Excellent

Encore une fois, Murakami arrive à nous surprendre et nous tenir tout au long, du très long récit d'Aomame et Tengo. Si son style littéraire habituel est toujours présent et efficace, il le pousse à l'extrême pour accoucher d'une œuvre qui fera date. Si le final est un peu moins impressionnant, l'aventure vaut tout de même le coup d'être vécue. Car ce livre se vit.

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

1Q84 est l’un des derniers livres en date de l’écrivain japonais MURAKAMI Haruki. Œuvre conséquente en taille, celle-ci est sorti au Japon et en France en 3 volumes de 500 à 600 pages pour la version poche. Le monsieur semblant avoir beaucoup de choses à raconter, je me suis donc lancé dans un marathon littéraire pour l’écouter.

1Q84 3

MURAKAMI Haruki

MURAKAMI Haruki est sûrement l’écrivain japonais contemporain qui a le plus de succès sur la scène internationale, et qui jouit bien sûr d’une très grande popularité au Japon. Ses œuvres majeures que sont Kafka sur le Rivage, La Course au Mouton Sauvage, ou encore La Ballade de l’Impossible qui a eu droit a une adaptation cinématographique sont tous des succès reconnus par les lecteurs et la critique. Que ce soit ses petites nouvelles ou ses romans, tout ou presque part d’une réalité solide et très ordinaire, pour glisser sans que l’on s’en rende vraiment compte vers le fantastique et l’irréel. Des ingrédients que l’on retrouve encore une fois dans 1Q84.

Une histoire simple

En 1984 à Tōkyō, Aomame est professeur particulier de fitness menant une vie de célibataire sans histoire. Sans éveiller le moindre soupçon, elle se sert de sa vie bien rangée pour cacher son activité de meurtrière. Toutes ses cibles sont des hommes abusant de femmes ou de jeunes filles dont les crimes restent impunis, mais mis à jour par l’organisation qui commandite ces exécutions et dirigée par une vieille douairière. En retard pour un rendez-vous (ou plutôt un contrat) à cause du trafic routier, elle quitte son taxi en plein milieu de l’autoroute pour passer par une sortie de secours pour rejoindre le métro. Après avoir franchi la sortie, elle a une sensation étrange, une transformation imperceptible dans le monde qui l’entoure. Seuls quelques détails insignifiants changent, à cela près qu’il y a maintenant 2 lunes dans le ciel.

1Q84 4Tengo est professeur de mathématiques qui a pour passion l’écriture de nouvelles. Si aucune n’a encore été publiée, son ami éditeur lui reconnait un certain talent et va jusqu’à lui confier la réécriture de « Air Chrysalis » *, une œuvre de science-fiction de Fuka-Eri qui est une jeune artiste dyslexique et totalement déconnectée du monde réel. Cette œuvre étant destinée à un concours de jeunes talents, il embarque un peu malgré lui dans ce projet illégal prenant des proportions incontrôlables. Mais depuis la publication de cette œuvre, lui aussi sent quelques différences dans son existence, et notamment l’apparition d’une seconde lune.

Aomame et Tengo étaient dans la même classe lors de leurs 10 ans. Tous les deux un peu à part parmi les autres enfants, ils se sentaient unis par leur différence et leur situation familiale particulière, sans pour autant réellement se connaitre. Ils ont grandi et continué leur petite vie faites d’aventures sans lendemains en pensant toujours l’un à l’autre, sans pourtant ne jamais se rencontrer de nouveau. Mais voilà qu’ils sont chacun de leur côté plongé dans cet univers alternatif appelé 1Q84 (le Q et le 9 se prononçant tous deux « kyuu » en japonais) par Aomame. Mais dès la parution de la nouvelle, Tengo se retrouve pourchassé par une organisation religieuse qui cherche à le faire taire et à effacer les traces de « Air Chrysalis » et qui essaye par tous les moyens d’atteindre Fuka-Eri qui semble connecté par son passé à cette religion. Aomame doit de son côté accomplir un dernier contrat, une cible très importante qui marquera à jamais un tournant dans sa vie ou peut-être même la fin. Nos deux âmes solitaires n’auront dès lors qu’un but commun, se retrouver et se voir une dernière fois.

Du MURAKAMI dans le texte

1Q84 1MURAKAMI nous conte ici une histoire d’amour entre deux personnages singuliers ayant eu une enfance difficile dont ils ont su se relever, séparés depuis des années par le destin mais qui espèrent aujourd’hui se réunir pour continuer leur route. Partant d’avril 1984 pour arriver en décembre de la même année (avec un découpage d’un trimestre par tome), ils traverseront les difficultés de la vie, les doutes concernant la sincérité de cet amour d’enfance, les relations avec leur entourage, sans parler des obstacles de cette nouvelle aventure périlleuse et sans retour. Mais surtout, ils devront composer avec leur mémoire qui leur rappelle sans cesse toutes les épreuves qu’ils ont déjà subies.

Si l’histoire se passe sur un laps de temps finalement assez court, toute la vie de Tengo et Aomame nous est dévoilée à travers leurs souvenirs. La digression est un art qu’affectionne MURAKAMI. Et pour 1Q84, il a décidé de pousser ce procédé à l’extrême. Chaque chapitre ou même chaque page fait appel aux réminiscences perpétuelles des protagonistes, que ce soit leur petite enfance, leur parcours professionnel, leurs relations. Des ellipses auraient pu être utilisées, mais nous découvrons seulement les détails de leur vie quand eux s’en souviennent par un fait indépendant de leur volonté. Ces souvenirs se concentrent donc sur un point précis de leur existence, un moment clé qui les aura fait avancer dans leur développement. D’ailleurs, les personnages évoluant dans des sphères différentes (et pourtant pas si lointaines), chaque chapitre alterne entre le point de vue d’Aomame, puis de Tengo, tout en utilisant la narration menée à la troisième personne.

« MURAKAMI nous donne envie de savoir »

L’auteur met également un point d’honneur à nous décrire l’environnement qui les entoure avec une précision presque suffocante. Que ce soit la météo, le repas qui est en cours e préparation, les habits qui sont portés, l’état des bâtiments ou la musique qu’ils écoutent, tout est décrit dans les moindres détails, avec une surabondance de comparaisons et de métaphores. À la fin de la lecture, on pourrait même se dire que le livre aurait pu finalement tenir sur 400 pages tellement il en use et en abuse. Mais 1Q84 n’aurait certainement pas eu le même impact émotionnel. Car si les personnages vivent au jour le jour avec parfois de longs moments d’attente et d’impuissance, toutes ces descriptions font ressentir la même chose au lecteur. Nous sommes également dans l’expectative de ce qu’il va se passer sans pouvoir faire autre chose, alors on lit les pages les unes après les autres dans un rythme monotone et lancinant au gré de la vie de Tengo et Aomame. Et on s’accroche.

On s’accroche car on a envie de savoir, MURAKAMI nous donne envie de savoir, tout simplement. J’en conviens volontiers, il faut se lancer face à la montagne qui se dresse devant nous, il faut s’accrocher quant à la taille de cette barrière. Mais une fois le sommet atteint, on se rend compte que l’ascension était quand même formidable malgré son escarpement. Même peut-être plus que ne l’est l’arrivée. Pas forcément facile d’accès si vous n’êtes pas un gros lecteur, il comblera tous ceux en manque de belles et simples histoires.

*L’ayant lu en anglais, certains termes et noms peuvent différer de la version française.

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message