Albator, le Corsaire de l’Espace

0
Pocket

9 Immanquable

En modernisant complètement son approche, Albator arrive à convaincre les fans comme les novices du manga grâce à un film d'une grande qualité graphique et scénaristique. Bourré de moments forts grâce à ses personnages uniques et mythiques, il procurera en vous une envie irrépressible d'aventure. Alors à bord moussaillons!

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Albator est de retour à bord de l’Arcadia avec tout son équipage. Après une longue absence, il nous revient sous la forme d’un film d’animation à gros budget pour prendre la suite des séries animées de nos souvenirs. Attention les yeux !

Retour vers le futur

Albator 1Tous les plus de 25 ans connaissent Albator, le Corsaire de l’Espace ainsi que ses génériques mythiques. Le dessin animé a eu un grand succès au début des années 80 en France pour les plus jeunes, dans une époque où Dorothée nous donnait la possibilité de découvrir nos premiers héros Japonais sur Antenne 2. De par l’univers très recherché et fouillé – limite fouillis – créé par MATSUMOTO Leiji, mais également la classe interstellaire du Captain Harlock (le nom original d’Albator, nom que j’utilise dans mon texte), le pirate le plus célèbre de la galaxie a pu traverser les années pour nous arriver 35 ans plus tard dans un nouveau film d’animation.

Celui-ci se place directement à la suite des dernières séries animées. La Terre a depuis bien longtemps été rendue inhabitable, mais renait peu à peu de ses cendres. Les descendants des humains exilés rêvant de revenir chez eux, mais étant bien trop nombreux pour une si petite planète, la Guerre du Retour éclate pour reprendre la patrie de leurs ancêtres. Pour protéger cette Terre, la coalition GAIA en fait un sanctuaire impénétrable pour quiconque s’approchant de trop près. 100 ans plus tard, le Captain Harlock et son équipage n’acceptant pas cette prise d’otage entrent alors en guerre contre la coalition GAIA. Mais un espion se trouve également embarqué dans l’Arcadia, le vaisseau pirate.

Bande-annonce du film, en version originale sous-titrée:

Un grand spectacle pour tous

Albator 4Pour ne pas effrayer les plus jeunes, sachez qu’il n’est pas de nécessité absolue de connaître la mythologie du manga ou de l’anime pour comprendre quelque chose au film, même si les plus vieux seront ravis de retrouver certains personnages comme Miime (doublée par AOI Yū), Nami ou encore Yattaran (qui a bien changé tout de même). Vous serez, comme ceux connaissant bien la série, également amenés à vous questionner lors des différentes ellipses et autres raccourcis vous poussant à faire fonctionner votre esprit de déduction/votre imagination pour lier certains faits. Pas forcément un défaut, même si le film aurait gagné à être bien plus long que ses 110 minutes.

Malgré cette approche un peu difficile d’accès au premier abord, Captain Harlock offre tout ce qu’on attend d’un Space-Opera d’envergure, avec ses combats spatiaux, ses jeux de trahisons multiples, sa brochette de personnages d’horizons différents, ses moments de tension extrêmes… Il manque peut-être des thèmes musicaux un peu plus marquants si on veut faire la fine bouche. D’autant que la réalisation est surement ce qui se fait de mieux techniquement à l’heure actuelle. La 3D très réussie forçant tout de même à porter ces $%#§ ! de lunettes fumées ternissent parfois l’image (il fait sombre aux fins fonds de l’univers), mais rien ne saurait gâcher le rendu graphique qui arrive à respecter le matériau d’origine. Chaque nouvel environnement, chaque nouvel élément de décor, chaque gouttelette, tout est créé avec un soin forçant l’admiration. Pour être clair, on en prend plein les yeux du début à la fin. Je n’avais pas vu ça depuis Final Fantasy Advent Children ou encore Wall-E.

Albator 2Et comment parler de Captain Harlock le film sans parler de Captain Harlock, le personnage. On peut parfois penser qu’il n’est pas le protagoniste principal tant il se fait rare à l’image dans la première partie. Mais c’est sans compter sur son aura qui habite chaque instant. Son équipage ne vit que pour lui, il est la plus grosse crainte de ses ennemis, chaque parole a un rapport de près ou de loin avec le balafré au grand cœur. On est à la limite de l’ubiquité. Et dès qu’il apparait physiquement à l’écran, c’est un gamin plein d’admiration qui prend notre place sur le siège du cinéma ou du salon. On est parfois à la limite du fan-service mais c’est tellement efficace qu’on l’accepte avec plaisir. Son doublage par OGURI Shun est d’ailleurs parfait (je vous déconseille la VF autant que faire se peut). Un grand héros comme on n’en fait plus.

Albator, le Corsaire de l’Espace est donc une réussite qu’on aurait préféré voir s’éterniser un peu plus. Pour l’heure je n’ai qu’une envie, celle d’enfiler mon grand manteau noir et de replonger dans la série complète pour continuer le chemin à bord de l’Arcadia.

Albator 5

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message