Edison no Haha, retour en enfance.

0
Pocket

6 Pas mal

Vous pouvez rajouter un point si vous êtes enfant/mère/père.
Edison no Haha est un drama familial pas d'une inventivité folle, mais plutôt intéressant sur certains points. Pas mal de faits de société sont traités plus ou moins en profondeur, le tout dans la bonne humeur. Un joli divertissement pour tous.

  • Note des Utilisateurs (1 Votes) 7.6

Edison no Haha, ou comment revisiter l’histoire à travers un petit drama familial. Les japonais sont forts pour trouver l’inspiration dans le moindre prétexte. Voyons ce que cela donne avec l’enfance de l’inventeur Thomas Edison.

D’Edison à Kento

edisonThomas Edison est un inventeur de génie, à qui l’on doit bon nombre d’avancées technologiques modernes dans les domaines de l’électricité, la communication, l’audio, la vidéo… Mais avant d’être un génie, l’hyperactivité d’Edison lui a posé bon nombre de problèmes pendant son enfance, sa curiosité insatiable étant considérée comme de la turbulence. N’ayant pas eu une éducation « normale » à cause de cela, il a tout de même réussi à devenir l’inventeur renommé que l’on connait notamment grâce au soutien de sa mère qui a toujours cru en lui.

Partant de ces bases historiques, la TBS a donné vie à un drama familial reprenant les grandes lignes de cette enfance tout en les détournant pour donner quelque chose de plus « joyeux » à suivre. Kento est un enfant en première année de primaire qui passe son temps à inventer toutes sortes de choses. Mais son comportement en dehors des réalités et ses mauvais résultats en font un enfant à problèmes, ce qui finit irrémédiablement par un renvoi de plusieurs écoles. Lorsqu’il atterrit dans la classe dirigée par la jeune trentenaire Noriko qui ne pense qu’à se marier pour enfin arrêter un travail qui ne l’intéresse plus, cela donne lieu à de nouvelles tensions. Mais soutenu par sa mère (« haha » en japonais), il finit par s’intégrer petit à petit dans sa nouvelle classe malgré les réticences des parents des autres élèves qui craignent pour la sécurité et l’éducation de leur progéniture, et la lassitude de son nouveau professeur clairement au bout du rouleau.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi…

edisonVéritable drama pour tous, Edison no Haha (エジソンの母) nous permet de suivre la vie scolaire de jeunes enfants à travers Kento et ses camarades, ainsi que la difficile condition des professeurs face à la pression exercée par les parents au Japon. Dit come ça, je vous l’accorde, cela ressemble plutôt à un drame. Mais c’est sans compter sur le ton léger donné au tout grâce à la fraicheur des enfants, aux situations engendrées par les débordements de Kento/Edison, ou encore grâce au personnage de Noriko. Si on a parfois envie de balancer Kento par la fenêtre (il finira par le faire lui-même \o/) quand il enchaine pendant 2 minutes non-stop ses « doushite, doushite ? » (pourquoi, pourquoi ?), ça se termine toujours par une petite leçon de vie bon enfant.

C’est d’ailleurs pourquoi je n’ai pas totalement adhéré à Edison no Haha, ne me sentant pas du tout concerné puisque n’ayant pas d’enfant. Une grosse partie est consacrée aux chérubins, avec jeux, projets scolaires, règles d’éducation à inculquer, position des parents à tenir… J’ai par contre adoré Noriko. Son personnage tiraillé entre la pression familiale pour se marier, la lassitude de son métier, ou encore son supposé futur mari complètement dingue, en font un professeur très attachant. ITO Misaki (Maison Ikkoku, Tiger & Dragon) qui tient ce rôle est de ce fait remarquable. On est loin de la potiche qu’elle incarnait dans Densha Otoko. Elle a même ses petits moments Yankumi lorsqu’elle défend ses élèves, touchant. Bon, par contre des professeurs aussi jolies, on est clairement dans la fiction pure :-p .

Le reste de la distribution est du même niveau, à commencer par SHIMIZU Yuya (Celeb to Bimbo Taro) qui tient le rôle de Kento comme il faut. Il faut parfois pardonner à un si jeune acteur des moments d’absence, mais il reste le parfait trublion qu’on déteste, et qu’on aime une minute après tellement il parait innocent. TANIHARA Shosuke (Gokusen saison 2, Love Shuffle) est aussi à signaler dans son rôle d’homme d’un autre âge. Sa conception du couple un peu spéciale en fait un homme froid. Mais lorsque sa carapace se brise, il est complètement tordant/tordu. La mère de Kento SAKAI Maki (Ningen Shikkaku) et SUGITA Kaoru (Ns’ Aoi, Kurosagi) sont aussi à retenir. Il est sympa de voir à quel point le rôle de mère semble difficile en voyant leur comportement totalement opposé, et à qui on ne pourrait pourtant donner tort.

Pour tous… sauf moi?

edisonMême si je ne suis pas du tout (mais vraiment pas) la cibler de ce genre de dramas, difficile de ne pas le conseiller pour qui voudrait se lancer dans une petite comédie familiale pétrie de bons sentiments. Très orienté pour les enfants (il y a même des phases de « cours » où l’on nous explique pourquoi le ciel est bleu, la formation des nuages et autres questions existentielles), il devrait conquérir les mères également qui se reconnaitront forcément. Pour les autres, il y a toujours le charme d’ITO Misaki et TANIHARA Shosuke pour aller au bout sans trop de peine. Avec le bon goût d’avoir choisi SUPERFLY et son titre « Ai wo Komete Hanataba wo » pour le générique, retournons avec Edison no Haha dans les limbes de notre enfance perdue.

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message