Fête d’Eisa à Shinjuku 2014 (shinjuku eisa matsuri)

0
Pocket

Samedi 26 juillet a été une journée riche en événements dans la capitale. Je me suis rendu avec Kimiko sous une chaleur harassante au Shinjuku eisa matsuri – la fête d’Eisa à Shinjuku – un festival originaire d’Okinawa accueilli le temps d’une demi-journée par Tōkyō. Voici quelques images et mes impressions de cette visite.

Eisa matsuri, un bout d’Okinawa à Tokyo

Le Shinjuku eisa matsuri est un festival originaire d’Okinawa, une série de petites îles à l’extrême sud du Japon. À l’origine, le festival avait pour but de rendre hommage aux esprits des ancêtres durant le festival bouddhiste Obon. Mais aujourd’hui il est ancré dans la culture populaire d’Okinawa. Chaque année, des troupes de danseurs, chanteurs et amuseurs effectuent le temps d’une demi-journée une performance de danse folklorique dans la ville de Shinjuku au rythme des petites et grandes percussions Taīko, et d’instruments traditionnels d’Okinawa. Près de 1200 personnes font le déplacement chaque année et se produisent devant plus d’un million de spectateurs venus pour l’occasion, impressionnant ! Une  occasion rêvée pour la préfecture d’Okinawa de promouvoir son archipel.

stand-touristique-eisa-matsuri

L’événement a commencé à 13 h avec une très bonne organisation. À quelques pas de la gare de Shinjuku, l’ensemble de la rue principale a été condamnée pour permettre aux différents groupes d’effectuer leur spectacle. Au lieu de défiler sur toute la longueur de la rue, plusieurs  portions ont été réservées. À la fin de chaque représentation durant chacune 10 minutes environ, le groupe laissait sa place au suivant.

depart-eaisa-matsuri-

L’équipe organisatrice a fait un bon travail de délimitation pour permettre aux spectateurs de ne pas gêner les passants sur le trottoir.

staff-eisa-matsuri

eisa-matsuri-public

Beaucoup de spectateurs au bord des trottoirs pour assister aux différentes représentations.

Les danseurs ont effectué une véritable performance sous une forte chaleur (34°c) et un taux élevé d’humidité ! Mais le plus remarquable fut la présence d’enfants au sein des groupes. À la fin de chaque session les groupes se retiraient pour s’hydrater et se reposer avant de prendre la relève d’un autre groupe.

enfant-eisa-matsuri

repos-eisa-matsuri

eisa-matsuri-une-danseuse

Un groupe se frayant un chemin dans la foule pour prendre place  sur le lieu de la représentation.

eisa-matsuri-danse eaisa-matsuri-okinawa-

L’instrument utilisé se nomme le Taiko. Son utilisation est très physique et requiert une certaine dextérité pour obtenir un « bon son ». La pratique du Taiko peut être considérée comme une musique, un art martial, une méditation ou une danse. D’un certain côté, tous ces aspects me font un peu penser à la capoeira brésilienne. Selon la sensibilité du groupe, l’un de ces aspects sera plus fortement développé que d’autres. C’est dans tous les cas très beau visuellement parlant.

shinjuku-eisa-matsuri eisa-matsuri-danseuse- eisa-matsuri-shinjuku

L’édition de cette année a été une parfaite réussite, et malgré la chaleur, nous avons passé un très bon moment. Okinawa est connu pour posséder et cultiver une certaine exception culturelle par rapport au reste du Japon. Il me tarde d’aller découvrir cette destination lors d’un prochain voyage. Retrouvez davantage de photos et de vidéos inédites du Shinjuku Eisa matsuri 2014 sur nos différents réseaux sociaux : Vine, Facebook et Google +. Aussi, n’oubliez pas de consulter régulièrement notre calendrier à cette adresse  pour ne rien rater des événements majeurs du Japon.


Ailleurs sur le web

Partager.

À propos de l'Auteur

Fondateur du site et coresponsable éditorial de Japonpratique.com. Josias est expatrié et marié à une Japonaise depuis 2011. Sa vie faite de hauts et de bas lui ont donné envie de partager et d’aider ses compatriotes francophones tentés par l’aventure japonaise.

Laisser un message