Going My Home

4
Pocket

8 Excellent

Avec un format dont il n'a pas forcément l'habitude, KORE-EDA arrive une nouvelle fois à nous enchanter et à nous transporter au travers d'une simple et belle histoire. Avec son casting de grande tenue, les personnages nous invitent dans leur univers duquel il sera difficile de partir.

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Going My Home est un drama de KORE-EDA Hirokazu, reprenant ses thèmes chers que sont la famille et la connaissance de soi. Avec encore une fois ABE Hisoshi en tête d’affiche, il nous envoie à la recherche des kunas, et de bien plus encore.

Retour à la maison

Going My Home 2TSUBOI Ryota est un salaryman ordinaire d’une boîte de production de spots publicitaires affairé à son travail et à sa famille composée de sa femme Sae (une cuisinière reconnue et travaillant à la télévision) et de sa fille Moe âgée de 10 ans. Ryota fait souvent le même rêve, celui de discuter avec les kunas vivant sous son lit. Les kunas sont une sorte de lutins de 10cm vivant selon la légende dans la forêt de son village natal à Nagano. Quand son père tombe malade et plonge dans un coma profond, il est contraint de multiplier les allers-retours en tant que fils ainé de la famille. Cela lui donne l’occasion de se rapprocher de sa sœur et de ses parents avec qui il entretient des rapports assez conflictuels. Il rencontre aussi Naho, une jeune fille du village que personne ne connait, mais qui semble avoir des rapports étroits avec son père. Son retour dans son village lui permettra d’en découvrir plus sur sa famille, son passé ou encore sur lui-même.

Signé KORE-EDA

Going My Home 1Après avoir pas mal œuvré au cinéma avec les films Nobody Knows, Still Walking, Air Doll, I Wish ou encore Tel Père, Tel Fils (dont vous pouvez retrouver notre article ici), KORE-EDA revient encore une fois sur ses thèmes de prédilection. Ryota est donc un homme des plus ordinaires, avec ses problèmes au travail, ses conflits familiaux, ses aspirations pour lui et ses proches… Ce retour au pays lui donne l’occasion de se retrouver face à des situations auxquelles il pensait échapper en fuyant son village perdu en pleine campagne. Le petit côté « magique » insufflé par la présence (ou non) des Kunas permet une introspection en profondeur du personnage. Sans que ça ne soit jamais lourd ou pompeux, ses joies, ses peines, ses doutes sur la manière dont il mène sa vie nous sont montrés au travers d’une histoire simple et sans artifices. Je pourrais même dire qu’il ne se passe pas grand-chose tout au long du drama tellement l’histoire glisse et se déroule lentement. On a parfois l’impression de vivre une aventure de l’écrivain MURAKAMI Haruki avec ses personnages sublimement ordinaires. On traverse leur vie comme s’ils étaient nos amis, nos voisins, des inconnus que l’on croise dans la rue… Avec Going My Home, on a le sentiment de partir en vacances, d’y faire des rencontres passagères qu’on n’oubliera pourtant pas de si tôt. Car la grande force de ce drama est bien l’interaction de tous ses personnages et leurs relations.

En charmante compagnie

Going My Home 4Il faut dire que le réalisateur sait choisir ses acteurs. ABE Hiroshi, qu’il a déjà dirigé dans Still Walking, est comme toujours incroyable de simplicité. Il peut nous faire rire ou pleurer en un instant sans que l’on sache vraiment pourquoi. Il a cet art de vivre la scène sans en rajouter, et d’incarner tout le trouble dans lequel est plongé le personnage. Sa femme jouée par YAMAGUCHI Tomoko en est son total opposé et respire pleinement la joie de vivre. Elle reste forte dans sa manière d’aborder les petits tracas de la vie, tout en supportant son mari qui donne l’image d’être parfois complètement perdu.

MIYAZAKI Aoi (Naho) est bien mystérieuse sans pour autant provoquer un quelconque malaise. Une actrice simple mais difficile à cerner, dans un rôle qui lui correspond bien. Les autres personnages interprétés par NISHIDA Toshiyuki, NATSUYAKI Isao, YOU, YOSHIYUKI Kazuo, ABE Sadao, SASANO Takashi… forment une petite communauté au milieu de nulle part, une communauté dont on aimerait bien faire partie pour quelques temps. Si chacun a ses problèmes personnels, leur petite vie tranquille et loin de tout m’a donné l’impression de débarquer dans la Comté des hobbits.

Going My Home est ce qu’on pourrait appeler un havre de paix, un bon bol d’air que l’on respire avant de retourner à ses occupations. Apaisant, rafraîchissant, une vraie publicité du Paradis. Peut-être un effet de la magie des Kunas, qui sait.

Going My Home 3

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

4 commentaires

  1. J’avais entendu parler de ce drama et j’avoue que votre article donne vraiment envie de le découvrir. Moi qui pensais que Kore-Eda était spécialisé dans les dramas familiaux tirés de faits réels.

    Juste un détail : au dernier paragraphe « Going My Home est ce qu’on pourrait appeler un havre de paie ». Plutôt un havre de paix.

    Amicalement
    Michix

    • Il se rapproche beaucoup de Still Walking ou I Wish avec ce drama. Pas vraiment une histoire à « sensation » qu’on trouverait dans un journal, c’est seulement une jolie tranche de vie qu’il nous raconte. Kore-Eda est avant tout spécialisé dans les rapports humains, même s’il se sert parfois de faits réels pour trouver l’inspiration. Going My Home est donc dans la continuité. Ceux qui aiment ses films ne seront pas déçus par ce drama. Si tu as l’occasion de le voir, je lirai ton avis avec plaisir.

      (Merci de ta correction pour cette jolie faute ^^!)

      • « Si tu as l’occasion de le voir, je lirai ton avis avec plaisir » : je note moi aussi avec plaisir l’invitation et essaierais de me procurer ce drama.
        NB : étant donné ton avatar, j’aurais d’ailleurs dû me douter que tu serais curieux d’un drama dans lequel joue Abe Hiroshi :-).

Laisser un message