Gokusen

0
Pocket

7 Très bon

Gokusen est donc impératif à voir quand on s'intéresse aux dramas, ou même pour une initiation. Drôle et efficace, sans prise de tête, il sait offrir de beaux moments d'émotions. Si la 3ème saison et le film peuvent paraitre dispensables car un peu trop "en roue libre" et avec un casting un peu moins fort que les premières saisons (ce qui fait un peu baisser ma note), la série vaut quand même la peine d'y consacrer un moment si vous aimez vous divertir.

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Gokusen est un drama culte à bien des égards. Son héroïne Yankumi y est pour beaucoup dans sa popularité, mais pas seulement. Voyons ce qu’il nous propose.

Présentation

Gokusen 5Gokusen est l’un des piliers du genre « drama scolaire » avec GTO ou encore Nobuta wa Produce. Adapté en 2002 du manga de MORIMOTO Kozueko, il nous raconte les méthodes d’enseignement de YAMAGUCHI Kumiko, professeur de mathématiques dans une école pour garçons réputée difficile. Elle prend notamment en charge la classe 3-D, peuplée de délinquants et de fortes têtes du lycée qui ne conçoivent l’école que comme une corvée, en attendant de savoir quoi faire de leur vie. Mais si elle est d’apparence faible et chétive, Kumiko, que les élèves surnomment Yankumi, est en fait l’héritière d’un clan Yakuza. L’envie de transmettre, son sens de la justice et sa force peu commune lui serviront pour remettre un par un ses élèves dans le droit chemin, eux qui ignorent tout de sa double vie.

Une véritable identité grâce à son casting

Gokusen 1Raconté comme ça, l’idée générale se rapproche beaucoup de Great Teacher Onizuka qui est très populaire en France, et à bien d’autres dramas/mangas dans le même genre (Hammer Session, Seitou Shokun! par exemple). En effet rien d’original dans cette histoire : un nouveau prof arrive tel le Messie pour sauver de la fatalité les méchants élèves pas gâtés par la vie. Mais comme souvent dans les dramas, celui-ci ne mise pas sur son scénario (j’y reviendrai) mais plutôt sur ses personnages. En premier lieu bien sûr, Yankumi. Elle est ici interprétée par NAKAMA Yukie qui se voit donc confier un nouveau rôle important après avoir joué les magiciennes dans Trick ou la Sadako de Ring 0. Un nouveau rôle, un nouveau personnage, mais surtout une incarnation totale de cette héroïne. Malgré sa petite taille et sa jolie frimousse, elle sait se rendre forte quand il s’agit de sortir ses protégés du pétrin avec toujours la même crédibilité. Très communicative, elle nous assure également de bonnes tranches de rigolade (les joutes avec le sous-directeur campé par l’acteur NAMASE Katsuhisa sont particulièrement mémorables) ou encore de beaux moments de tendresse.

« les jeunes acteurs d’alors sont devenus pour certains de véritables stars »

Kumiko met toutes ses forces à tirer d’affaire ses élèves, qui ont eux aussi été choisis avec soin. Si le casting était déjà épatant par la qualité de l’interprétation, il prend encore plus de saveur quand on voit que les jeunes acteurs d’alors sont devenus pour certains de véritables stars. Les têtes d’affiche actuelles que sont OGURI Shun, NARIMIYA Hiroki, KAMENASHI Kazuya, MATSUMOTO Jun, AKANISHI Jin, KOIDE Keisuke, MIURA Haruma ont tous fait partie de cette fameuse 3-D durant les 3 saisons qu’aura duré Gokusen. La structure du drama (un épisode, un focus sur un élève en particulier) fait qu’il était important de ne pas choisir toute cette « mauvaise graine » au hasard sous peine d’avoir des épisodes plus faibles que d’autres (ce qu’il s’est d’ailleurs passé pour la dernière saison malheureusement). La confrontation avec Yankumi est donc efficace et passionnante à chaque épisode.

Tout pour l’efficacité

Gokusen 3Et il valait mieux car comme je vous l’ai dit plus haut, le scénario n’est pas forcément ce que l’on retiendra de Gokusen. Attention, il n’est absolument pas un frein à la bonne tenue de la narration, mais il n’est ici que le support permettant d’enchainer les séquences fortes et lier les différentes situations. La structure d’un épisode à l’autre ne varie pas vraiment au passage, avec toujours l’enchainement « un élève se rebelle et sort du groupe→ Yankumi cherche à savoir pourquoi ce détachement soudain → cet élève se retrouve dans une situation inextricable (la plupart du temps une bande rivale qui lui cherche des crosses) → Yankumi court (elle passe son temps à courir dans la série, elle ne semble pas connaître le métro ^^) et le sort de cette situation à coup de poings dans des duels à 15 contre une ». J’exagère à peine, et si ce schéma passe bien sur une saison, je déconseille à quiconque d’engloutir la série totale ainsi que le film sur une courte durée sous peine de lassitude. Ce serait d’ailleurs gâcher son plaisir, l’intérêt et la richesse de Gokusen si situant ailleurs.

D’autant que cette adaptation a su garder son côté « manga » pour forcer les traits dans les situations parfois à la limite du vraisemblable. Oui Kumiko a une force surhumaine surtout vu son petit format ce qui lui confère un côté « Deus Ex Machina », oui elle semble totalement droguée et/ou une toute autre personne quand elle tombe amoureuse, oui elle est émotive jusqu’à l’excès, oui certains élèves semblent être des ex-taulards de 30 ans (et parfois plus), oui il n’y a pas vraiment de demi-mesure dans leur caractère. Mais dans l’univers Gokusen, cela fonctionne et finalement nous convainc, nous séduit. Et happé par l’ambiance de cette classe, on rit, on pleure, on devient un élève à part entière de la 3-D, et on en sort heureux de ce moment passé avec tout ce petit monde.

Gokusen 4

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message