Le Japon à la Coupe du Monde 2014

3
Pocket

La Coupe du Monde de Football 2014 a commencé ce jeudi au Brésil. Si les Auriverde, l’Espagne et l’Allemagne sont favoris du tournoi, quelles sont les chances du Japon cette année ?

Depuis l’édition 2002 que le Japon et la Corée du Sud ont co-organisée, le Pays du Soleil Levant est devenu une nation qui compte dans le football. Même s’il n’a jamais dépassé les 8ème de finales (en 2002 et 2010), ses bons résultats en Coupe d’Asie (vainqueur 4 fois sur les 6 dernières éditions, dont la dernière) en fait l’un des épouvantails tous les 4 ans. Les Samouraïs sont également loués pour leur qualité de jeu. Prônant le football total, ils prennent d’énormes risques pour marquer ce qui leur joue pas mal de tour par manque d’expérience du haut niveau. Mais l’arrivée dans les grands championnats européens de bon nombre de japonais depuis ces dernières années devrait remédier à ce problème. Et pourquoi pas cette année ?

Décryptage des forces et des faiblesses de l’équipe

japon au brésil 5Les forces :

La grande force du Japon est bien sûr son engagement et son enthousiasme. Les joueurs n’hésitent pas à tenter des choses difficiles, à aller toujours de l’avant en essayant de construire, sans balancer la balle. Ils se connaissent depuis des années (10 joueurs ont au moins 50 sélections à cette coupe du monde, seulement 3 pour les Brésiliens à titre de comparaison), ce qui leur permet de se trouver et de se comprendre facilement sur le terrain.

Une bonne partie de ces joueurs joue désormais en Europe (Kagawa, Honda, Okazaki, Hasebe, Nagatomo, Sakai, Uchida, Yoshida) ce qui leur a permis d’apprendre la rigueur professionnelle qui manquait depuis toujours à l’équipe japonaise. Ils savent mieux gérer les temps forts et les temps faibles, ont (un peu) gommé les gestes superflus qui leur faisait perdre beaucoup trop le ballon, et parviennent à rester concentrés durant tout le match.

Les faiblesses :

Mais à ce niveau, ils ont encore trop de faiblesses rédhibitoires pour espérer aller plus loin dans la compétition. À commencer par leur défense. Nagatomo à maintenant le métier suffisant après plus de 3 ans passés à l’Inter de Milan, mais son jeu très porté vers l’avant n’aide pas vraiment ses partenaires qui se retrouvent livrés à eux-mêmes. S’ils ont acquis une certaine rigueur tactique, leur placement est encore défaillant. Ils sont aussi bien trop naïfs contre les adversaires ayant de la « bouteille », et se laissent facilement déborder par de simples combinaisons. Ces fautes de placement couplées à leur déficit physique (en taille et en poids) font d’eux une cible facile sur les coups de pied arrêtés. Le gardien Kawashima est plutôt bon sur sa ligne, mais sa faiblesse sur les sorties aériennes ne fait qu’augmenter l’inquiétude dès qu’un coup-franc près de la surface ou qu’un corner est sifflé.

Aussi, il ne faut pas passer leur manque d’efficacité offensif sous silence. Certes ils ont marqué beaucoup de buts lors des derniers matchs amicaux (16 buts lors des 6 derniers matchs dont 3 contre la Belgique et 4 contre la Zambie), mais ils ont aussi manqué énormément d’occasions. Ils ne font que match nul (2-2) contre les Pays-Bas alors qu’ils avaient la possibilité d’en mettre 3 ou 4 rien qu’en première période. Contre des Néerlandais au petit trot, ça a presque suffi. Mais en compétition internationale, il faut vraiment devenir des « tueurs » devant (ce qui contrebalanceraient avec leurs tares défensives).

Les stars de l’équipe

japon au brésil 4KAGAWA Shinji : Même s’il a vécu une saison noire à Manchester United (rarement titulaire dans une équipe qui a connu les pires difficultés en championnat et en Ligue des Champions), il reste une valeur sûre de l’animation offensive. Ne rechignant pas à défendre, ses facilités techniques lui permettent de se projeter très rapidement vers l’avant et d’effectuer des ouvertures millimétrées pour ses attaquants.

HONDA Keisuke : lui aussi a connu une saison difficile. Quittant le CSKA Moscou en janvier pour rejoindre l’AC Milan, il n’aura marqué que 2 buts en 36 matchs (+2 en sélection). Il a donc des choses à se faire pardonner. Son entente avec Kagawa pourrait être la clé de la réussite japonaise lors de ce mondial.

NAGATOMO Yuto : oui, il a des absences défensives, ce qui est plutôt dommage pour un défenseur. Mais son apport offensif, ses débordements et ses centres représentent un danger sur chacune de ses montées. Le fait de créer le surnombre déstabilise souvent les défenses adverses, ce qui constitue un atout incontournable des latéraux modernes.

Mes pronostics pour le Japon lors de la compétition

japon au brésil 3Le football est l’un des sports les plus imprévisibles. Difficile de faire des pronostics sans passer pour un « footix » dès les matchs passés. Je me risque tout de même à l’exercice, en attendant les vôtres dans les commentaires ci-dessous.

Côte d’Ivoire – Japon (Dimanche 15 juin, 3h00) : le Japon va entrer timidement dans la compétition et va malheureusement perdre. Sans toutefois se prendre une valise, l’expérience et le potentiel offensif des Ivoiriens avec en tête Yaya Touré, Drogba (malgré son âge), Kalou, Gervinho va les faire souffrir. 2-1 pour la Côte d’Ivoire.

Japon – Grèce (Dimanche 19 juin, 00h00) : La Grèce a un niveau de jeu assez effrayant depuis des années, avec un jeu basé uniquement sur la défense. Avec les feux follets qu’ils ont devant, les Japonais devraient gagner le match en maîtrisant le milieu de terrain et en étouffant les hellènes qui n’ont pas vraiment d’arguments devant pour les inquiéter. Et les Samouraïs n’auront plus le choix après leur défaite initiale. 2-0 pour le Japon.

Japon – Colombie (Mardi 24 Juin, 22h00) : la Colombie va survoler ce groupe plutôt tranquilement. Avant ce match, ils seront déjà qualifiés pour les 8ème de finale, et profiteront de leur dernier match de poule pour faire reposer les cadres. Contre les remplaçants, les Japonais ne pourront faire mieux que match nul. La chaleur, et leur match plein contre la Grèce leur auront coupé les jambes. Mais ils décrocheront tout de même le match nul, ce qui devrait être suffisant pour passer (ça sera limite, se jouant surement à la différence de buts avec la Côte d’Ivoire). Match nul 1-1.

Les Japonais seront donc qualifiés en tant que 2ème du groupe C. Ils rencontreront au choix les Uruguayens, les Italiens ou les Anglais. Même si je penche pour l’Uruguay (les anglais finiront 2ème, et l’Italie 3ème ne sortira pas des phases de poule), les asiatiques n’auront aucune chance quelque soit l’adversaire. Il se pourrait même qu’ils terminent avec une raclée, comme un 4-0.

À noter que les 3 matchs de poule du Japon sont diffusés sur Bein Sport en France. Pour les voir, il faudra donc être abonné à la chaine payante.

Le Japon peut faire un bon tournoi, mais restera encore une fois scotché au stade des 8ème de finale. Quant à la France, je la vois aller jusqu’en quart de finale, où elle ne pourra rien faire contre l’Allemagne. Les Brésiliens, eux, gagneront le Mondial grâce notamment à l’appui de leur public. Voilà, tous à vos pronos !

japon brésil 6

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

3 commentaires

  1. Très mauvaise affaire que ce match nul face à des grecs jouant à 10 pendant près d’une heure. Mais le Japon conserve une petite chance de qualification.
    Le Japon sera qualifié si:
    _ Il bat la Colombie et les grecs et les ivoiriens font match nul.
    _ Il bat la Colombie et la Grèce bat la Côte d’Ivoire par moins de 3 buts d’écart.
    Les colombiens étant qualifiés, ils feront normalement jouer les remplaçants pour économiser les forces de leurs meilleurs joueurs. Les Japonais auront de ce fait un adversaire amoindri, mais tout de même dangereux. On y croit!

  2. Au vu des derniers résultats, il semblerait qu’on s’oriente vers une sortie du Japon avant les huitièmes de finale. Consolation : pas mal de groupes qui étaient favoris avant le début de la compétition ont eu des résultats largement plus mauvais que l’équipe nippone. Je pense à l’Espagne, l’Angleterre, le Portugal ….
    Donc même si le Japon n’est pas qualifié pour les huitièmes … en bien tant pis mais au moins il n’aura pas à rougir.

Laisser un message