Le karaoké, c’est bat, c’est in

0
Pocket

Le karaoké japonais est un passage obligé lorsqu’on passe ne serait-ce qu’une semaine au Japon. Que vous soyez un chanteur émérite ou que vous poussiez la chansonnette uniquement sous la douche, il y a toujours moyen de s’amuser à moindre frais.

Karao… qué?

 

Quand on évoque le divertissement au Japon, le karaoké s’impose inévitablement comme l’activité numéro 1. Le mot Karaoké est d’ailleurs d’origine japonaise, né de la contraction de « karappo » (vide) et « ôkesutora » (orchestre), signifiant de fait « sans orchestre ». Praticable à chaque coin de rue, 24h/24, il a souvent une image péjorative vu de l’extérieur. Pour les étrangers, il s’agit surtout d’une boîte dans laquelle on entre seul ou à deux ou trois personnes pour y chanter de manière peu conviviale, à l’abri des regards. C’est pourtant tout le contraire. Et il suffit de tester pour comprendre pourquoi son succès n’est pas anodin.

En France, le karaoké est façonné comme un concert dans des restaurants et des bars le vendredi soir, où est montée une scène sur laquelle se produisent les chanteurs de manière plus ou moins heureuse, aidés par un équipement d’ordinaire peu professionnel dont le son se perd dans l’immensité de la salle (pour l’expérience que j’en ai eu). Dans mon cas, étant de nature peu exubérante et légèrement timide, je ne me vois absolument pas chanter devant un parterre d’inconnus. Si le principe de chanter un morceau choisi dont les paroles s’affichent au fur et à mesure sur un écran de télévision reste le même, la mise en forme diffère grandement.

 

La version japonaise, elle, propose des salles plus intimistes pouvant accueillir d’une à vingt personnes, dédiées en premier lieu à s’égosiller entre amis ou en famille, des gens que l’ont connait et donc devant qui il est bien plus facile de se lâcher. Dans une salle insonorisée pour ne pas gêner les salles voisines (et ne pas être gêné en retour), vous pouvez brailler de tout votre cœur seul ou à plusieurs sans peur d’esquinter votre amour propre. Dans des boxes équipés d’écrans géants, de systèmes Karaoké proposant 2 micros, de tablettes pour choisir les chansons parmi des milliers disponibles, vous êtes installé sur des banquettes confortables sur lesquelles vous passerez une demi-heure ou bien toute la nuit à chanter, encourager vos partenaires, les déstabiliser…. En clair, à vous amuser.

 

Cette activité n’est pas une chose prise à la légère au Japon. Les équipements sont globalement de qualité, les installations de premier choix, et surtout la liste des chansons sélectionnables est assez faramineuse…. pour qui peut chanter en japonais. Mais ne vous en faites pas, le choix des chansons anglaises, américaines et même françaises est assez conséquent pour que tout le monde puisse y trouver son compte. Si vous êtes fan d’animés japonais, vous aurez également de quoi faire (même si vous aurez plus de mal à les trouver sans connaitre l’alphabet nippon).

La Chance aux chansons

karaoké

consonne, voyelle…

Avec tout cet attirail, pas toujours facile de se lancer. Je vais vous expliquer ici de A à Z le déroulement pour en profiter.

Tout d’abord rendez vous à la réception. Il sera demandé votre nom, votre âge, et un numéro de téléphone (pas systématique pour cette dernière information), une seule personne désignée pour tour un groupe. Indiquez ensuite combien de temps vous souhaitez vous dégourdir les amygdales. Vous pouvez rester minimum une demi-heure, comme toute la nuit. À noter que les prix sont tributaires des horaires. En journée, les tarifs sont réduits jusqu’à 18h environ. Ensuite c’est plein tarif pour la soirée. Pour un forfait nuit, c’est très avantageux. Selon le karaoké, une boisson est offerte, ou plus généralement à volonté tout le temps que vous restez. De la nourriture (snacks, frites, saucisses, glaces….) est aussi disponible à tout moment. Lors de votre inscription, vous avez également la possibilité de louer des instruments (des maracas, des tambourins, ou même des guitares) pour une somme modique. Une fois cela fait, rendez-vous dans le box indiqué par un numéro sur le ticket obtenu. Vous pouvez louer un box pour une personne (j’y reviendrai), ou même pour 15 ou 20 personnes selon disponibilité. Idéal pour une fête d’anniversaire par exemple, même s’il vaudra mieux réserver à l’avance dans ce cas.

 

Dans la salle, mettez vous à l’aise et visualisez les principaux éléments : la télévision, les micros nettoyés à chaque nouveau client, les tablettes pour choisir les chansons (et d’autres choses, voir un peu plus bas). Sur l’écran principal vous pouvez choisir l’anglais si le japonais n’est pour vous qu’un amas de hiéroglyphes, mais dans ce cas, seules les chansons « étrangères » vous seront proposées. Choisissez un artiste (歌手名) ou le titre d’une chanson (曲名) que vous entrerez ensuite à l’aide d’un clavier tactile (servez-vous du stylet accroché). Si vous n’avez aucune idée, vous pouvez sélectionner le classement des chansons les plus populaires (ランキング). Une fois la chanson sélectionnée, validez (予約). Pendant qu’une chanson est lancée, qu’une personne est en train de chanter, les autres personnes présentes peuvent également valider une ou plusieurs chansons qui se lanceront à la suite. Très pratique pour ne pas perdre de temps et conserver le rythme. Et voilà, plus qu’à s’égosiller en suivant les paroles sur l’écran qui changent de couleur en suivant le tempo original (même si l’instrumentation l’est rarement, vous aurez en général affaire à des reprises légèrement « cheap »).

 

Notez également la présence d’un téléphone dans la salle. Vous pourrez par ce biais commander des victuailles sans sortir de votre tanière. 10 ou 15 minutes avant la fin de la session, l’accueil vous téléphonera pour vous prévenir qu’il est temps de conclure, et donc d’effectuer le rappel. Vous pourrez également allonger le temps si vous n’en avez pas encore assez. Si vous ne comprenez rien, pensez juste à regarder l’heure de fin sur le ticket que l’on vous a remis lors de l’inscription. Au moment de quitter les lieux, pas besoin de débarrasser, ne prenez que vos effets personnels et ce fameux ticket pour passer à la caisse à la sortie.

Un vrai Kinder Surprise

 

Ce qui suit n’est pas valable dans tous les karaokés. Mais quand vous allez dans des grosses chaines comme Joysound (dont ont été prises toutes mes photos), vous aurez accès à quelques bonus en passant par le menu « jouer » (遊ぶ) disponibles en haut sur la tablette. Pour commencer, vous avez la possibilité de vous filmer en train de chanter (魔法カメラ), et surtout d’ajouter des effets visuels comme le proposent par exemple Google+ et Skype. Vous pouvez à loisir devenir des pirates, des princesses, des insectes, des cacas (oui oui)…. avec une caméra qui suit vos mouvements de tête.

Vous pouvez également modifier la voix d’entrée (ボイスエフェクト) pour la transformer en celle d’un personnage d’animé, d’un zombie, d’un gamin, donner un effet plus ou moins prononcé de vibrato, radiophonique, la multiplier, qu’un homme ou une femme vous accompagne, que votre organe devienne une guitare électrique (insupportable ça !)…. Mais c’est assez déstabilisant de chanter en entendant autre chose que son bramement.

 

Vos amis peuvent également vous encourager ou vous déboussoler en lançant des sons pré-enregistrés (鳴り王) comme des applaudissements, des verres qui s’entrechoquent, des phrases en japonais, des bruits divers comme des fusées, des bisous ou encore une voiture de police. Il faudra bien plus d’une séance pour tout découvrir.

Florent Pagny vous veut dans son équipe

 

J’évoquais les salles pour une personne un peu plus haut. Le karaoké est pour certains bien plus qu’un divertissement et se rapproche d’un sport. Il faut donc un lieu pour s’entrainer sans gêner les voisins (les murs des appartements japonais étant plutôt fins). Ces boxes pour solitaires sont donc parfaites pour cela.

Et comme si ça n’était pas suffisant, et là je reprends encore le cas de la chaine Joysound que j’ai pas mal pratiqué, il existe une véritable compétition en ligne où la machine se charge de noter les performances pour établir un classement régional et national. Vous pouvez le lancer en sélectionnant « 採点 » en haut de l’écran puis « 全国採点GP ».  Vous obtiendrez une note sur 100 (la machine est gentille, il faut vraiment le faire exprès pour avoir moins de 80 points), ainsi que votre classement. Sympa pour se lancer une petite compétition improvisée. Sachez d’ailleurs que c’est pris très au sérieux puisque l’émission Karaoke Battle permet parfois aux meilleurs scores de se produire en plateau pour des joutes vocales chaque mois. Un vrai sport je vous dis !

 


l’émission complète Karaoke Battle du 1er juin 2016
 

Le karaoké est véritablement un loisir phare du Japon moderne. Pas très aguicheur pour le pèlerin extérieur, il est pourtant essentiel pour qui cherche à s’amuser quelques minutes ou de nombreuses heures sans se ruiner. Les lieux où l’on peut se lâcher et se désinhiber ne sont pas si nombreux, alors tentez l’aventure. Pour moi, c’est un énorme OUI !

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message