Kodomo No Hi, la journée des enfants

0
Pocket

Le Japon compte un grand nombre de jours fériés dans le calendrier. Il en est même l’un des pays les plus fournis au monde. En tant que jeune papa j’ai eu la chance de célébrer pour la première fois le Tango no Sekku, aussi appelé Kodomo no hi (la journée des enfants). Voici quelques images et mes impressions ressenties lors de cette journée particulière.

|Tango no Sekku, une fête ancestrale

Bien que d’origine chinoise et honorant au départ tout autre chose, le jour de célébration du Tango no Sekku fut récupéré au Japon et popularisé sous l’ère Edo par les grandes familles de Samouraïs. La tradition consistait à présenter ses respects au shogoun, accompagnés d’une offrande. De nos jours il n’en est bien évidemment plus question. Le Japon décida toutefois de garder la date du 5 mai comme jour férié en la rebaptisant en journée des enfants, Kodomo no hi.

C’est ainsi qu’en référence à cette ancienne fête / tradition militaire vous trouverez ce jour-là une poupée accompagnée d’une amure de samouraï dans les foyers japonais abritant de jeunes garçons. Il n’est d’ailleurs pas inhabituel d’habiller les enfants en Haori et Hakama, quelques uns des vêtements traditionnels du samouraï.

Il est aussi très populaire d’y effectuer des activités de plein air comme jouer au cerf-volant (celui-ci prenant la forme d’une carpe ou d’une anguille), ou encore des concours sportifs mêlant parents et enfants.

Gononingyo

Gononingyō ( 五の人形) un set de poupées avec une armure, ou seulement le casque de samouraï. Il nous en aura coûté ¥6,500.

|Le 5 mai, célébration du Kodomo no hi en famille

Le Kodomo no hi se célèbre en famille, ce qui constitue une bonne occasion de convier ses parents ou sa belle-famille à se joindre aux festivités comme j’ai eu l’occasion de le faire cette année.

Autour d’une tasse de thé vert, on y déguste des mets traditionnels comme le Sekihan par exemple, constitué de riz aux haricots rouges. La texture est légèrement pâteuse, mais ça reste délicieux. Ma belle-mère a aussi apporté du Mochi traditionnellement enveloppé dans une feuille de Kashiwa (chêne) et fourré de 3 sortes : aux haricots rouges légèrement sucrés, avec la peau et sans, et à la sauce miso.

kodomo no hi

A gauche les kashiwa mochis aux Azukis et au Shoyu. A droite, le Sekihan.

kashiwa mochi kodomo no hi

Le mochi enveloppé dans une feuille de chêne symbolisant la prospérité de la lignée familiale.

Nous avons passé un agréable moment en compagnie des parents de Kimiko. En ce jour dédié à l’enfant, ils ont pu profiter de leur petit-fils comme dans des millions de familles japonaises.

kodomo no hi en familleLe Japon possède un certain nombre de jours fériés dont certains que je qualifierai de « farfelus » (à l’image du jour de la montagne -Yama no hi-  qui sera officiellement effectif en aout 2016), mais qui ont l’avantage de servir de bon prétexte pour prendre un jour de repos et passer du temps avec ses proches.


À découvrir aussi sur Japon pratique

Sur le web

Partager.

À propos de l'Auteur

Fondateur du site et coresponsable éditorial de Japonpratique.com. Josias est expatrié et marié à une Japonaise depuis 2011. Sa vie faite de hauts et de bas lui ont donné envie de partager et d’aider ses compatriotes francophones tentés par l’aventure japonaise.

Laisser un message