Lupin III : Le Château de Cagliostro

0
Pocket

9 Immanquable

Lupin III : Le Château de Cagliostro ne subit pas le poids des ans et est toujours d'une efficacité redoutable après 35 ans. Difficilement pris en défaut, le gentleman cambrioleur participe à une folle épopée qui plaira sans aucun doute aux petits, aux grands, et aux très grands enfants.

  • Note des Utilisateurs (1 Votes) 9.2

Lupin the 3rd vient de sortir sur les écrans japonais dans sa version live avec OGURI Shun pour jouer le célèbre cambrioleur. Pour fêter ça, je vous parle aujourd’hui du seul film d’animation qui a daigné nous parvenir : Le Château de Cagliostro.

Un long chemin jusqu’à nous

lupinLupin III (Lupin the 3rd, ou 3ème du nom) est à la base un manga de Monkey Punch sorti en 1967 qui a rapidement pris ses marques dans une série animée (4 saisons, dont 2 sont arrivées en France), dans de nombreux téléfilms et autres films d’animation. Pour ceux qui ne connaissent pas ce nom de Lupin III, c’est tout à fait normal. En France, la série a changé de nom pour s’appeler Edgar de la Cambriole. Une spécificité française qui a une bonne raison : Lupin III est le petit-fils d’Arsène Lupin, créé par Maurice Leblanc. Seulement les auteurs de Lupin III ont créé cette série sans demander à qui de droit l’exploitation du matériel existant. Après quelques tergiversations au tribunal, Lupin est devenu Edgar chez nous, et a eu le droit de conserver son identité dans le reste du monde. Dur ! Car je vous laisse imaginer les changements scénaristiques qu’il a fallu apporter dans « notre » version. Edgar a beau être un cambrioleur de génie avec une ascendance tout aussi renommée, le fait de ne plus être associé à une figure aussi forte qu’Arsène Lupin lui fait perdre quelque identité. Pour dire, Le Château de Cagliostro (ルパン三世 カリオストロの城) a même eu droit à 3 versions différentes chez nous, dans lesquelles Lupin s’appelait tout d’abord Vidocq, puis Wolf, et enfin Edgar pour le rattacher à la série animée.

Miyazaki aux manettes

lupinHormis le fait qu’il soit le seul film d’animation à nous être offert (il s’agit pourtant du deuxième film), l’autre particularité du Château de Cagliostro est d’être le premier film réalisé par le maître MIYAZAKI Hayao, en 1979. Et comme il en a pris l’habitude par la suite, il est parti d’un support existant, et même de deux pour écrire le scénario. Si le background de Lupin était déjà en place, il a aussi puisé dans Le Roi et l’Oiseau de Paul Grimault (que je recommande au passage, trouvable facilement en DVD) pour placer son histoire autour d’une forteresse. Lupin et Jigen, son associé, dérobent le coffre-fort d’un casino. Mais le butin récolté est bien maigre puisqu’il ne s’agit que de fausse monnaie. Cette fausse monnaie, la goat money, est quasi-parfaite et arrive même à tromper les gouvernements. Mais Lupin y voit comme un affront et décide de mettre fin à ce fléau qui lui casse son business. Le voilà donc en route pour le Royaume de Cagliostro, le plus petit pays au monde (un peu comme le Vatican, mais non enclavé dans un autre pays). Mais dés son arrivée, il est de suite mis à contribution pour sauver une demoiselle en détresse (Lupin a une réputation de gentleman à tenir). Malgré tout son talent, il échoue à la sauver des mains de ses ravisseurs. Sa mission prend alors une nouvelle tournure. Heureusement, Jigen, Goemon et Fujiko sont là pour l’aider dans sa tâche.

Lupin III : La Grande Aventure

Dans le Château de Cagliostro, on a tous les ingrédients du grand film d’aventure. Un héros génial, de bons personnages secondaires, un méchant très méchant, de l’humour, de l’action, des secrets, des trahisons, du suspens… S’il lui manque une bande-son mémorable (elle fait juste son travail, mais seul le thème principal interprété par BOBBY a retenu mon attention) pour atteindre le sans-faute, le charme de Lupin, la mise en scène, le scénario plein de rebondissements, les décors magnifiques en font un film indispensable. Que vous connaissiez ou non la série principale ou le manga n’est pas un problème, le film étant assez intelligemment fait pour être vu sans connaître la licence, tout en n’oubliant pas certains clins d’œil. Vous aussi, laissez-vous avoir par le Gentleman-Cambrioleur !

lupin

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message