Mémoires d’un Yakuza

1
Pocket

7 Très bon

Documentaire initiatique ou aventure dans les eaux troubles de la mafia japonaise, Mémoires d'un Yakuza est une biographie très didactique. Une face cachée des yakuzas nous est dévoilée dans cet ouvrage facile à lire, que je recommande vivement si cet univers vous intéresse.

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Mémoires d’un Yakuza est le témoignage d’un véritable membre de la plus célèbre organisation du crime au Japon. Mais en lisant ce récit, on se rend compte à quel point notre idée sur ce milieu de l’ombre est faussée.

mémoires d'un yakuza 1

Une vie bien remplie

À la fin des années 70, IJICHI Eiji est mourant. Atteint d’un cancer incurable, il attend la fin avec sérénité. Et pour cause, le monsieur a eu une vie bien remplie. Son médecin SAGA Junichi lui rend visite régulièrement pour s’enquérir de son état de forme, d’où naitra une complicité au-delà de la simple relation patient-médecin au fil du temps. IJICHI se met alors à raconter son histoire à son médecin qui enregistre tout sur un magnétophone et qui retranscrira tout cela dans Mémoires d’un Yakuza.

Et quelle histoire ! Car IJICHI est un yakuza, un vrai. Fils de bonne famille assez turbulent, il est envoyé chez son oncle à 15ans. Par un concours de circonstances (et aussi à cause de son amour abusif pour la gente féminine), il rentre sous les ordres d’un yakuza et devient homme de main. Suivant son ascension sociale au cœur de la mafia mais aussi des évènements historiques ayant marqué le Japon, IJICHI revient sur tout ce qui l’a amené à devenir un homme important de son organisation.

Loin des clichés

mémoires d'un yakuza 3IJICHI passe donc par différentes étapes tout au long de sa vie. Sa jeunesse mouvementée, ses amours, ses activités dans les tripots de jeux et dans le marché noir qui le mèneront en prison, son entrainement militaire, sa captivité durant la guerre, ses erreurs qui le pousseront à « sacrifier » quelques phalanges, les meurtres… rien n’est passé sous silence. Le style simple et direct nous fait ressentir toute l’authenticité de son témoignage, et on l’accompagne à chaque étape qui l’aura conduit à la « réussite » grâce à une lecture fluide et agréable malgré un sujet pas très joyeux. Parfois un peu crue, la narration ne tombe jamais dans un excès qui pourrait nous faire sortir du livre.

« le livre fait passer avec efficacité tous les doutes et les sentiments par lesquels passent les yakuzas »

Mais plus encore que le personnage, c’est surtout le décalage entre l’image qu’on a d’un yakuza et la réalité qui nous marque. Car nos « connaissances » se limitent pour beaucoup aux films de KITANO Takeshi, où les yakuzas semblent intransigeants, prêts à tuer pour le moindre regard de travers, utilisant un langage très peu châtié, et passant leur temps à guerroyer avec les clans rivaux pour étendre leur empire. Si certaines choses ne sont pas sans fondement, le yakuza semble plutôt être un homme discret, poli, fréquentable. Le respect presque aveugle de la hiérarchie reste comme pour les films la composante fondamentale des yakuzas, mais le livre fait passer avec efficacité tous les doutes et les sentiments par lesquels ils passent. Non, ce ne sont pas des machines qui tuent sans réfléchir. Non, ce ne sont pas des hommes qui obéissent sans se poser de questions à leurs supérieurs. IJICHI nous fait partager toutes ses appréhensions quand il doit choisir entre son clan et l’amitié d’un homme, ses hésitations quand il doit faire passer sa « famille » avant ses relations personnelles. Car le yakuza est avant tout un homme avec ses sentiments.

mémoires d'un yakuza 2

On découvre le yakuza sous un jour nouveau car IJICHI ne se cache pas. On le prend presque en sympathie en suivant ses pérégrinations, mais lui ne cherche pas un quelconque pardon. Sa mort approchant, il accepte son sort sans demander repentance. Il a choisi une voie qu’il sait ne pas être forcément juste et nous se raconte, simplement. Chaque lecteur peut donc avoir plus ou moins de recul, voir Mémoires d’un Yakuza comme une grande aventure, ou alors uniquement comme un documentaire riche en enseignements sur le monde des yakuzas au milieu du XXe siècle. Et pourquoi pas les deux ?

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Un commentaire

Laisser un message