MORI Megumi, un concentré de talent et de grâce

0
Pocket

Lumière sur MORI Megumi, un vrai talent encore trop méconnu malgré une carrière débutée il y a maintenant près de 10 ans. Voici ce qui est surement l’un de mes plus gros coups de cœur musicaux.

Une belle rencontre

Mori MegumiPour la petite histoire, je suis parti en 2010 au Japon pour y vivre une fabuleuse année. Et ce long séjour a magnifiquement commencé, puisqu’au détour d’une petite balade nocturne dans les rues de Shibuya, je suis tombé sous le charme d’une jeune artiste qui se produisait seule avec sa guitare un peu trop grande pour elle. Certes elle était jolie, mais la puissance vocale qui se dégageait de ce petit brin de fille m’avait subjugué. S’il n’est pas rare de trouver des chanteurs de rue à Tōkyō, peu m’ont fait m’arrêter et décrocher de mon iPod. En ce jour du 16 août 2010, j’ai eu un véritable coup de/au cœur devant ce charisme énorme dégagé par 150cm de grâce pure portant le nom de MORI Megumi. J’avais fortuitement entendu quelques unes de ses chansons, mais sans avoir encore prêté une réelle attention à son nom ou son visage (j’écoute beaucoup trop de choses…), alors le live de 20 minutes auquel j’ai pu assister fut une totale découverte. Avec une petite pointe de regret quant à mon arrivée tardive qui m’a fait manqué le début du spectacle (il y avait pas mal de monde, j’ai dû en manquer un bon morceau), vite effacée par mon bref échange avec la chanteuse une fois le récital terminé.

Voici une courte vidéo que j’ai prise lors de cette soirée. Désolé pour la qualité plus que moyenne, mon équipement de l’époque n’était pas totalement au point. La chanson interprétée est Kimi (キミ).

10 ans de carrière…

Mori MegumiMORI Megumi (森恵) est née le 16 février 1985 à Fukuyama dans la préfecture d’Hiroshima où elle passe ses diplômes d’infirmière et d’institutrice de maternelle. Elle rejoint la capitale et commence sa carrière de chanteuse en 2005 dans la rue, les bars, les cafés, où elle se fait remarquer par une petite maison de disque indépendante appelée MULTI FORMAT STUDIO JAPAN. Elle sort 2 singles (Mori Megumi et Nemurenu Yoru) en 2007, ainsi qu’un album en 2008 intitulé Tsuzuiteiku Hibi. Avec ce petit label elle sort même un DVD de clips musicaux (megumi mori clips vol.1). Avec un autre label indépendant (Rhythm REPUBLIC), elle sort en mars 2009 en nouveau single, Soba ni. Par la suite, elle signe enfin avec une Major, cutting edge, avec laquelle elle sort un mini-album (Sekai), 4 albums (Ironna Oto, MegumiMori Soul Song’s BOOK Re:Make1 qui est un album de reprises, Grace of the Guitare qui est un mix entre reprises en chansons originales, 10 nengo kono Ki no Shita de), et 3 singles (Kimi, Egao de Irareru you ni, Rojou no Tori), le tout en seulement 3 ans et demi! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle bosse la demoiselle.

… mais pas encore la reconnaissance nationale

Mori MegumiSi vous avez fait attention aux dates, vous remarquerez que je l’ai rencontrée dans la rue en 2010, alors que sa carrière avait déjà débuté depuis quelques années déjà. Si elle continue ses concerts sauvages, c’est bien sûr pour se faire connaitre auprès d’un large public (les chanteurs de rue ont une tout autre image qu’en France). Mais elle le fait aussi car elle aime ça. Elle aime, ou plutôt elle adore chanter. Cela se ressent dans ses interprétations dans lesquelles elle mêle toutes sortes de sentiments (force, mélancolie, joie, douceur, amour) à travers ses compositions ou ses reprises, dans un style pop-folk qui se marie très bien avec sa voix. Il n’y a qu’à voir sa chaine officielle youtube pour se rendre compte de sa passion. Elle chante de tout, tout le temps, et toujours en imposant son style. Par exemple, vous pouvez comparer la reprise qu’elle a faite de Let ot Go, le thème principal de la Reine des Neiges, avec la version originale chantée par MATSU Takako.

Malgré tout son talent et la quantité de travail effectué, elle a encore une reconnaissance bien moindre que son parfait homonyme née en 1969 qui a fait carrière au théâtre et dans la chanson. L’artiste passe peu à la radio, rarement à la télévision, et ne remplit pas encore le Nippon Budokan. Bien qu’elle passe son temps sur les routes pour ses concerts dans des lieux aussi divers que des clubs, des écoles, des restaurants, des centres commerciaux, des hospices…, son compte Twitter (marque générationnelle de popularité) n’atteint pas encore les 10 000 abonnés. Si c’est évidemment un ÉNORME gâchis, tout cela donne à MORI Megumi un côté accessible et proche du public comme il est rare d’en trouver dans l’industrie hyper commerciale du disque japonais. Bien sûr elle n’a que 29 ans, et elle peut largement prétendre à la gloire qu’elle mérite, même si je ne suis pas sûr qu’elle recherche le succès à tout prix. Elle vit pour la chanson, pour ses proches, pour son public déjà bien présent avec qui elle communique beaucoup sur le réseau social de l’oiseau bleu (elle répond à énormément de messages, en japonais), et sur son blog. Si elle ne risque donc pas de s’arrêter de se produire aux quatre coins du Japon, moi je me garde mon CD dédicacé bien précieusement, en espérant un jour assister à l’un de ses concerts.

Musique Maestra!

Mori MegumiMais plus que mes paroles, il est préférable de vous laisser avec une (difficile) sélection de ses musiques, en vous recommandant vivement de parcourir sa chaine Youtube qu’elle tient particulièrement à jour. Vous aussi, laissez-vous envoûter par la voix mélodieuse de MORI Megumi.

Hajimari ha Namida (はじまりは涙)
Hi ha Mata Nobori (陽はまた昇り)
Sekai (世界)
Soba ni (そばに)
Aruite Kaerou (歩いて帰ろう, reprise de la chanson de Saito Kazuyoshi)
Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message