Persona 4 The Golden

0
Pocket

10 Parfait

Persona 4 The Golden est ce qui se fait de mieux en terme de RPG japonais. Ici, abondance de biens ne nuit aucunement, et s'il vous faudra quelques (centaines d') heures pour en découvrir ses secrets les plus enfouis, l'histoire de haute volée et la possibilité d'avancer à son rythme en fait un jeu parfait pour tous publics. Si l'anglais ne vous rebute pas, partez sans crainte vers Inaba pour y vivre une nouvelle vie.

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Persona 4 est un jeu de rôle japonais bien loin des conventions du genre. S’il se compose de quelques caractéristiques classiques des RPG nippons, il va beaucoup plus loin en proposant d’incarner un lycéen dans son quotidien pour une aventure riche en émotions.

Bienvenue à Inaba

Persona 4 - 5Dans Persona 4, nous dirigeons NARUKAMI Yuu qui part vivre à Inaba, une petite bourgade tranquille du Japon, pour vivre le temps d’une année scolaire chez son oncle. Malheureusement une série de meurtres inexplicables survenant à chaque nuit de brouillard met rapidement à mal cette tranquillité. Notre avatar découvre que les victimes apparaissent avec un comportement « spécial » lors d’un étrange programme télé qui n’est autre qu’un monde parallèle, avant de succomber quelques jours plus tard de la main de leur bourreau. Il remarque aussi qu’il a acquis de façon inexpliquée la possibilité d’entrer dans cet univers en passant par les écrans TV ce qui lui permettra de délivrer les futures victimes, tout comme certains de ses camarades d’école avec qui il fera équipe. Mais ce monde parallèle a des habitants peu aimables nommés « Shadows ». Ces Shadows peuvent heureusement être combattus grâce aux Personas, une représentation du moi profond de chacun. Le héros est d’ailleurs le seul à pouvoir changer de Persona parmi une centaine à découvrir ce qui permet de faire face à chaque situation, ces Personas ayant des caractéristiques qu’il vous faudra développer tout au long du jeu pour espérer vaincre le Mal !

Trailer officiel du jeu

Tant de richesses dans une si petite cartouche

Persona 4 - 3Persona 4 est sorti à l’origine sur Playstation 2, et la version The Golden dédiée à la Playstation Vita a permis de donner naissance au jeu parfait grâce à ses quelques ajouts de gameplay et de narration, même s’il reste en anglais (peut-être un frein pour certains, ce qui serait grandement dommage). Cela peut paraître exagéré vu de l’extérieur, le jeu ressemblant à un bête RPG comme il en arrive des dizaines du Japon avec ses combats, ses dialogues à rallonge, ses personnages hauts en couleurs… Mais une fois le pied posé à l’intérieur de cet univers vous comprenez.

« Un jeu qui donne envie d’aller à l’école »

Vous comprenez parce que là où les autres se bornent à nous faire vivre une aventure épique mais très linéaire, c’est ici à nous de choisir le chemin, avec le risque de se perdre et de ne jamais voir le véritable dénouement. Point de montagnes à gravir, d’océans à traverser ou de déserts à franchir, il nous faut vivre notre vie de lycéen « classique » tout en essayant d’arrêter ces crimes incompréhensibles, la police étant impuissante. Il faut donc savoir partager son emploi du temps entre l’école la journée, les activités scolaires (sport, musique) l’après-midi, extrascolaires (petits boulots) le soir, le monde parallèle où il faut lutter contre toujours plus fort ou faire la chasse aux nouveaux Personas, passer du temps avec notre famille (oncle et petite cousine) et nos amis, les devoirs, les sorties ciné ou resto, la pêche, la cuisine, la chasse aux objets, le jardinage…. Ça donne le vertige ! Le plus dur n’est certainement pas de botter les fesses aux gros méchants, mais de faire des choix parfois impossibles. Renforcer ses liens avec telle personne ou aller travailler pour pouvoir acheter de nouveaux équipements? Aider sa petite cousine à faire ses devoirs (tellement craquante *_*) ou sauver tel clampin inconnu d’une mort certaine? Rien que d’y repenser, j’ai une envie folle de replonger dans cet univers tellement riche mais aussi tellement crédible! Un jeu qui donne envie d’aller à l’école (malgré de petits désagréments), ça ne court pas les rues.

Le choix vous appartient

Persona 4 - 9Le jeu nous fait donc vivre une vie plausible au jour le jour, où chaque action est importante, où chaque parole prononcée a des conséquences sur la suite des évènements. On regrettera parfois d’avoir négligé certaines personnes, de ne pas avoir été assidu à notre travail, d’avoir manqué une sortie à cause des devoirs en attente… ce qui nous donne quelques remords lors de mauvais choix, ou une grande satisfaction quand il s’avèreront judicieux. Le travail sur les personnages est au passage remarquable. Que vous ayez des affinités personnelles avec les uns ou une aversion envers les autres, tous sont incroyablement travaillés, attachants, et bien sûr très différents. Une telle galerie de personnages est une première en ce qui me concerne, les scénaristes se permettant des choses trop rares dans le monde formaté du jeu vidéo. Ces liens seront d’ailleurs renforcés de par la multitude d’activités scolaires auxquelles vous participerez (l’école japonaise est très différente et bien plus riche que celle que j’ai suivi en France) et autres excursions qui forgent de beaux souvenirs tout au long de l’année de lycéen.

Chacun joue donc au jeu comme il lui plait, selon son humeur. « Tiens aujourd’hui je vais passer du temps avec mes amis », ou alors « je vais plutôt aller éradiquer du Shadow ce soir, j’ai eu une dure journée à cause de l’interro surprise de l’autre prof qui m’a pris en grippe ». Le fait d’y jouer sur PS Vita apporte d’ailleurs un confort de jeu non négligeable, qu’on veuille jouer 10 minutes ou 3h (les 10 minutes se transformant souvent en 3h au passage).

L’autre grande force du jeu est de nous faire participer à une enquête avec ses rebondissements, ses fausses pistes, ses moments où rien n’a de sens, ses moments où tout devient clair (mais en fait non)… Nos choix ont là encore un gros impact avec des conséquences parfois irrémédiables. Je me rappelle m’être trompé dans mon raisonnement, ce qui a abouti à une effroyable conclusion. J’en ai encore des frissons en me la remémorant ~_~ ». Si le monde scolaire peut à de très rares occasions paraitre redondant, l’enquête parallèle est là pour nous motiver à continuer sans relâche. Je dois dire que je ne suis pas un gros joueur, mais les 115h passées dans cette petite vie m’ont paru bien trop courtes.

Bien plus qu’un jeu vidéo

Persona 4 - 1Bien sûr quand on parle d’un jeu, il faut toujours évoquer l’enrobage. Passons rapidement sur les graphismes très propres et agréables, ainsi que sur le character design qui est à l’appréciation de chacun pour parler un peu de la musique. Persona 4 se démarque une nouvelle fois de ce côté en proposant non pas une bande-son symphonique (parfois proche de la musique d’ascenseur si c’est manqué) mais un mélange entre morceaux jazzy et musique d’ambiance que l’on prend plaisir à écouter même sans que la console ne soit allumée. C’est plutôt osé mais chaque titre collant parfaitement à l’action qui l’accompagne, on ne peut que saluer cette audace.

Voici par exemple le thème de combat:

Je pourrais faire un texte beaucoup plus long en vous détaillant son système de combat très profond, ses différents personnages au caractère bien trempé, ses centaines d’activités différentes, ses lieux hétéroclites malgré l’exigüité relative dans laquelle se déroule l’action, ou encore ses différents niveaux de lecture. Mais ce serait gâcher le plaisir de ceux qui voudraient s’y mettre, et réduire mes sentiments à quelques mots qui ne seront jamais assez représentatifs de ce que m’a provoqué Persona 4 The Golden. Le mieux est encore d’y jouer.

Persona 4 - 12

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message