REAL : Kanzen naru Kubinagaryû no Hi

5
Pocket

10 Parfait

REAL est un conte hypnotique et torturé sur le réel et l'irréel, sur les liens forts pouvant unir deux être alors que le destin fait tout pour les séparer. Une réussite totale sur tous les plans.

  • 10
  • Note des Utilisateurs (1 Votes) 10

REAL est l’adaptation libre du roman de Inui Rokuro, « Un Jour Parfait pour le Plésiosaure », le film portant le même nom en japonais. Les adaptations sont souvent dangereuses, mais quand on a un tel talent et un tel casting pour lui donner corps, pourquoi douter ?

REALement intéressant

Real kurosawa 1REAL nous raconte comment Koichi tente par un procédé révolutionnaire de sortir sa femme Atsumi, plongée dans le coma depuis un an suite à son suicide pour d’obscures raisons. Ce procédé consistant à pénétrer virtuellement dans l’inconscient de l’autre pour prendre contact avec elle, cela n’est pas sans conséquences lorsque cette personne se trouve être une dessinatrice de mangas plutôt violents.

« Kurosawa Kiyoshi s’affranchit des contraintes de la réalité pour nous nous surprendre à chaque instant »

De par ce point de départ, on peut s’attendre à tout. Une comédie dramatique ? Un film d’horreur ? Une histoire fantastique ? Et bien un peu tout ça à la fois. Grâce à l’idée pas très nouvelle mais fort bien utilisée des mondes virtuels/alternatifs, le réalisateur Kurosawa Kiyoshi (Tôkyô Sonata, Shokuzai…) s’affranchit des contraintes de la réalité pour nous perdre et nous surprendre à chaque instant. On se retrouve donc constamment balancé entre l’angoisse et l’apaisement, entre la souffrance et l’amour profond qui lie les deux êtres. Le rythme lent, contemplatif, mais jamais ennuyeux nous fait d’ailleurs oublier toute notion de temps, si propre au monde des rêves.

Un casting parfait

Real kurosawa 3Bien sûr le réalisateur y est pour beaucoup dans la pleine réussite de ce film, mais que dire du talent des deux acteurs principaux ! Sato Takeru est bien loin de son rôle de Kenshin Himura (Kenshin le Vagabond) et campe ici un personnage d’une vulnérabilité extrême. Quant à Ayase Haruka (malheureusement inconnue du public occidental), peu importe le rôle confié, elle traduit et transmet toujours à la perfection les émotions voulues par Kurosawa. Ces deux acteurs portent à eux deux toute l’identité du film ce qui sert encore une fois totalement le propos du film, un monde déconnecté de la réalité où seuls subsistent ceux qui sont concernés. Les autres acteurs sont à la limite de l’anecdote même en prenant en compte Odagiri Joe et Nakatani Miki qui ne sont pourtant pas des novices.

« sa sortie en Occident est une véritable bénédiction »

Alors que le sujet a déjà été utilisé maintes fois (The Fountain, Au-delà de nos Rêves, Inception…), la recherche de l’être aimé et l’acceptation ou non de sa disparition sont ici montrés avec un traité réellement novateur. Les partis-pris du réalisateur, sa patte graphique et sonore, typiquement le genre de choses qu’il manque au cinéma stéréotypé des films qu’on ingurgite à longueur de temps, même si je généralise un peu.  Sa sortie en Occident est une véritable bénédiction qu’il serait dommage de manquer.

Real kurosawa 2

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

5 commentaires

  1. Excellent film avec juste un regret : que Nakatani Miki n’ai pas joué le rôle alloué à Haruke Ayase. Sinon un bien meilleur opus que les dernières réalisations de Kurosawa qui s’était peut-être un peu trop éloigné du registre fantastique.
    Dommage que ce réalisateur atypique et original soit moins connu en Occident que Miyazaki ou Kitano :-((

    • J’avais adoré Shokuzai en version drama et Tokyo Sonata (premier film que j’ai vu du réalisateur) mais je ne connais pas ses travaux (c’est pour ça que je ne les ai pas cités dans l’article). Je ne pouvais pas comparer avec ses anciens films fantastiques, mais ça me donne envie de les regarder en tout cas.

      Pour ce qui est de Nakatani Miki, il est vrai que son rôle ne lui donne pas assez d’exposition au regard de son talent. Mais au vu du résultat et de la complicité entre Ayase Haruka et Sato Takeru, je ne regrette absolument pas le choix fait. Et puis Nakatami Miki aurait été peut-être trop âgée pour jouer le rôle d’Atsumi (presque 15 de différence avec Sato ^^).

      • « Nakatami Miki aurait été peut-être trop âgée pour jouer le rôle d’Atsumi (presque 15 de différence avec Sato ^^) » : c’est vrai que la différence d’âge aurait fait un peu bizarre :-).
        Si tu veux découvrir le cinéma de Kurosawa, Wikipédia en donne une liste non exhaustive : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kiyoshi_Kurosawa#Longs_m.C3.A9trages. Il y a 2 de ces films que je recommande en particulier :
        – Kairo (1998) : un film fantastique mélangeant l’histoire de fantômes et la fin du monde. J’ai d’ailleurs écrit un article dessus : http://www.vue-du-japon.com/kairo.
        – Rétribution (2007) : autre film mélangeant un scénario policier avec une histoire de fantômes.

        Tous les 2 sont dispos en DVD.

        En espérant que ces références t’aident,

        Amicalement

        Michix

        • Merci pour tes conseils. J’ai vu Kairo il y a un moment, c’était bien sympa aussi. Je n’ai pas fait attention que c’était Kurosawa. Je mets Retribution dans ma (longue) liste des films à voir.

Laisser un message