Shitsuren Chocolatier, un drama tout sucré

0
Pocket

7 Très bon

Shitsuren Chocolatier est une bonne comédie romantique. Sa distribution exceptionnelle se met en 4 pour nous servir une histoire plaisante, malgré quelques facilités scénaristiques. On s'amuse, on rit, on compatit, on a de la peine.... Tout ce qu'il faut pour un drama efficace.
Et pour les gourmands, vous allez pouvoir vous régaler... mais seulement avec les yeux!

  • Note des Utilisateurs (1 Votes) 8.1

Shitsuren Chocolatier est un drama à la distribution monstrueuse, avec pour personnage central un chocolatier pas très heureux dans ses pérégrinations amoureuses. De quoi nous faire pleurer et rire, tout en nous donnant une grosse faim !

 De l’amour et du chocolat

Shitsuren ChocolatierShitsuren Chocolatier (失恋ショコラティエ), le « chocolatier au cœur brisé » est un drama diffusé en début d’année 2014 sur la FUJI TV et adapté d’un manga de MIZUSHIRO Setona (disponible en France aux éditions Kazé sous le titre de « Heartbroken Chocolatier »). Au lycée, Souta est amoureux de Saeko et parvient à sortir avec cette collectionneuse d’hommes pour une histoire qui ne durera que quelques semaines après que Saeko mette fin à leur relation de façon brutale. Souta décide alors de devenir un grand chef chocolatier pour reconquérir sa dulcinée, elle qui ne jure que par le chocolat, son véritable grand amour. Il part 4 ans à Paris pour sa formation et revient ouvrir sa boutique au Japon par la suite, n’ayant jamais quitté son objectif premier. Mais les choses ont bien changé en 4 ans. Pour son premier travail, il se voit confier la confection du gâteau de mariage de… Saeko. Un choc pour Souta, qui continuera tout de même à espérer gagne le cœur de la demoiselle devenue une cliente régulière de la boutique du jeune chef chocolatier. Entre la concurrence des autres chocolateries, les tentations amoureuses, les histoires de cœur de ses collègues et amis, Souta devra s’affranchir de ses doutes et aller de l’avant pour s’accomplir en tant que grand chef.

Une recette classique

Shitsuren ChocolatierPas forcément très original dans le traitement de son fil rouge, le drama se concentre donc sur Souta et ses problèmes sentimentaux. Il y a tous les ingrédients habituels de ce genre de dramas: les doutes, les stratagèmes plus ou moins tortueux, les tromperies, les petites satisfactions, les grandes désillusions… Le schéma est classique, ce qui donne même une certaine baisse de régime au milieu de la série. Après un très bon début, à force de faire un pas en avant puis deux en arrière, cela n’avance pas beaucoup. Heureusement ça ne dure pas longtemps, et l’on suit les tribulations du personnage principal jusqu’à un final réussi et ce, avec plaisir.

Avec plaisir car le drama ne se contente pas de cet arc amoureux. Comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber avant de croquer à pleines dents. Shitsuren Chocolatier est fourré avec de l’humour, des histoires annexes mettant en scène les autres personnages, et de tout plein de choses inattendues. C’est d’ailleurs un tel fourre-tout qu’il arrive que des effets « mangaesques » paraissent décalés quand ils tombent en plein milieu d’une scène grave. Pas de quoi gâcher la scène, juste un rappel pour nous montrer que même si ça semble parfois grave, on reste dans un divertissement, une vraie comédie romantique. Souta par exemple, passe une bonne partie de son temps à rêver de sa princesse, et nous plonge dans ses délires. Le chocolat n’aura jamais paru aussi « sexy » au passage.

Des ingrédients de première qualité

ISHIHARA Satomi (H2, Rich Man Poor Woman, SADAKO 3D) à qui est dévolu ce rôle de femme idéale y est pour beaucoup ♥. Si sa beauté joue bien sûr énormément, son jeu n’est pas en reste. Passant de la petite fille naïve à la femme fatale au cœur de glace, elle tient 2 rôles (ou plus) en un. Membre du groupe ARASHI, MATSUMOTO Jun (Gokusen, Hana yori Dango) incarne tout aussi bien Souta et arrive à donner au personnage une énorme dose de sympathie. S’il mérite parfois quelques baffes tellement il parait empoté, ses doutes et ses peines tranchent vraiment avec sa bonne humeur quand il travaille. Il fait d’ailleurs un maître chocolatier très crédible. Seul son français peut laisser à désirer, même si les dialoguistes ont leur part de responsabilité (il n’y a qu’à voir le contenu d’une lettre reçue par Souta, soit disant écrite par un chef français ^^).

Quand je vous parlais d’une distribution monstrueuse, ce n’était pas exagéré. Pour accompagner les deux têtes d’affiche, un bel assortiment de stars nous est proposé, et leurs personnages tous plus intéressants les une que les autres. Si ARIMURA Kasumi (Amachan, MOZU) et MIZUBATA Junpei (Hanazakari no Kimitachi e, Metantei Conan) paraissent équilibrés, MIZUKAWA Asami (Sharehouse no Koibito, Nodame Cantabile) jouit d’une dualité dans sa personnalité assez remarquable. Posée et gardant la tête froide dans son travail, elle perd tout contrôle de soi et toute sa confiance dès que l’amour est évoqué. Il faut la voir s’énerver dès qu’elle boit un verre de trop, c’est assez savoureux ! MIZUHARA Kiko (Norwegian Wood, Trick the Movie) a aussi une grande part dans l’histoire puisque qu’elle est la « sex-friend » de Souta, et fait un beau duo avec MATSUMOTO dans leur recherche respective de l’âme sœur. Et n’oublions pas TAKENAKA Naoto (Nodame Cantabile, Kami no Shizuku) et surtout SATO Ryuta (ROOKIES, Kisarazu Cat’s Eye) qui sont des guides spirituels complètement déjantés, en particulier pour le second susnommé. Du bonheur en barre (chocolatée).

Il y a vraiment à boire et à manger dans Shitsuren Chocolatier. Malgré sa petite baisse de forme en milieu de parcours, ce drama nous rassasie comme il faut grâce à ses rebondissements, son humour et sa distribution premium. De quoi contenter toute la famille.

Shitsuren Chocolatier

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message