Visas de travail pour le Japon

6
Pocket

Au Japon, il n’existe pas à proprement dit de « visa de travail », c’est-à-dire un sésame unique  donnant accès à n’importe quels emploi du pays. En effet, vous postulerez davantage pour « un statut de résident » parmi les 27 existant, vous autorisant à exercer un emploi sur le sol japonais dans un cadre défini par la loi.

|Avec quels visas travailler ?

Lorsqu’on dit disposer d’un visa de travail (Working Visa), comprenez par là posséder l’un des statuts de résident  autorisant  à  travailler au Japon. Ce statut apparaissant sur votre carte de résident, on vous la demandera au moment de la constitution du contrat de travail.

On peut classer en deux catégories les visas/statuts vous permettant de travailler :

Les visas liés à une activité professionnelle et les visas liés à un statut personnel particulier. Deux autres visas ne rentrant pas dans ces catégories permettent tout de même d’accéder au marché du travail, mais de manière très encadrée. Il s’agit des visas d’étudiant (après une dérogation) et Vacances/Travail appelés aussi Visa travail d’été au Canada.

|Le Working Visa

On constate que les visas liés à une activité professionnelle sont destinés à une main-d’œuvre hautement qualifiée. Ainsi, n’espérez pas obtenir un visa pour être serveur, vendeur, coiffeur, cuisinier débutant, etc…

Pour exercer ce type d’activité, il faudra obligatoirement passer par un autre type de statut. Le Working Holidays (Vacances-travail) ou Spouse or Child of Japanese National (époux ou enfant d’une personne de nationalité japonaise) par exemple.

Le Japon est un pays qui  protègeant très bien son marché de l’emploi, vos chances d’en obtenir un dépendent aussi de la conjoncture. Vous aurez plus ou moins de chance selon la demande dans le secteur d’activité dans le lequel vous postulez.

Voici la liste complète des statuts permettant de travailler

Faire apparaître la liste
Type de visa/statutDénomination anglaisePermis de travail
Activités religieusesReligious ActivitiesPersonnes appartenant à des groupes religieux.
Artiste ArtistActivités créatives générant des entrées d’argent suffisantes pour faire face à la vie au Japon (peintre, sculpteur, photographe, écrivain, compositeur...)
ChercheurResearcherChercheur dans le public ou une organisation privée au Japon.
Diplomate / Officiel Diplomat / OfficialPersonnel d’ambassade et de consulat. Missions diplomatiques, personnelles de gouvernement et leur familles. Pour ce statut vous devez postuler au ministère des Affaires étrangères et non au bureau de l’immigration.
Enseignant universitaireProfessorChercheur ou enseignant à l’université dans une institution éducative au Japon.
IngénieurEngineerPour les personnes exerçant dans le domaine relevant de la physique, de l’ingénierie ou des sciences.
Investisseur/Dirigeant d’entrepriseInvestor / Business ManagerDémarrer ou diriger une entreprise au Japon. Exercer des activités d’investisseur dans une entreprise existante au Japon
JournalisteJournalistCela inclut les journalistes freelance.
Services Médicaux Medical ServicesDentiste et autre spécialistes médicaux avec des qualifications japonaises.
Personnel hautement qualifiéSkilled LaborCe personnel effectue des prestations de services exigeant la maîtrise de techniques industrielles ou d’un savoir-faire relevant d’un domaine spécialisé. Chef cuisinier avec expérience, architecture...
ProfesseurInstructorEnseignant d’une langue étrangère ou d’une autre discipline dans le secteur public (primaire, collège, lycée...). Les professeurs de langue dans le secteur privé doivent postuler pour le statut de Spécialistes en sciences humaines ou activités internationales.
Professions juridiques et comptablesLegal / Accounting ServicesPrestations de services dans les domaines juridiques et comptable en ayant la qualité d’avocat étranger, ou d’expert comptable étranger, ou d’autres qualifications reconnues par la loi.
Représentations et spectaclesEntertainerActeur de théâtre, chanteur, sportif et plus généralement tout ce qui touche au domaine du sportif et du spectacle.
Salarié détachéIntra-company TransfereeSalarié d’une entreprise étrangère ou filiale d’une entreprise japonaise située à l’étranger.
Spécialistes en sciences humaines ou activités internationalesSpecialist in Humanities / International ServicesSpécialistes dans les sciences humaines, dans le droit, l'économie, la sociologie... Services internationaux : Travailler dans l’enseignement des langues dans le secteur privé, travailler dans la traduction, les relations publiques, l'échange international, la mode, le design d’intérieur...

Dans cette liste, les visas de travail pour le Japon les plus fréquemment sollicités qui vous concerneront peut-être sont : les Spécialistes en sciences humaines ou activités internationales, les visas Salarié détaché et visa Investisseur/Dirigeant d’entreprise.

À noter que vous n’êtes pas en droit d’exercer un métier en dehors du cadre d’activité défini par votre statut. Autrement dit, si vous obtenez un statut professionnel « journalist » par exemple, vous ne pourrez pas exercer  en tant qu’enseignant dans une école de langues. C’est très restrictif.

|Comment obtenir un visa de travail.

Les critères permettant d’obtenir ces visas peuvent varier mais globalement on peut noter que pour la plupart, comme celui du « spécialistes en sciences humaines ou activités internationale » par exemple, demandent :

D’être sponsorisé par une entreprise présente au Japon
De bénéficier soit d’un niveau d’études universitaires (au moins 3 ans), soit de 3 ans d’expérience dans le métier qu’on souhaite exercer au Japon.

Ce Visa s’obtient uniquement si vous possédez une promesse ferme d’embauche car la procédure implique des démarches aussi bien pour l’ employeur que  pour vous.

Obtenir un visa de travail

Explications

Dans un premier temps, l’entreprise retire un dossier au bureau de l’immigration pour obtenir le certificat d’éligibilité ( Certificat of Egibility) aussi appelé en français certificat d’admissibilité. Les documents que l’employeur doit produire dépendent en partie du type de visa sollicité. Notez que  l’employeur ne peut effectuer cette démarche qu’à partir du Japon. Si la réponse du bureau de l’immigration est favorable, vous recevrez par courrier le certificat d’éligibilité. Ce sésame constitue l’une des pièces essentielles à votre candidature de statut de résident.

Pour les visas de salarié détaché : Travailler au moins un an dans l’entreprise-mère se trouvant dans un pays étranger.

Pour les visas investisseurs /entrepreneurs : Avoir un bureau au Japon et embaucher à plein temps au moins 2 résidents au Japon ou investir au moins 5 millions de yens dans votre affaire. (≃$CA 53,000 / 35  000 €).

 

|Visas liés à un statut personnel particulier

Ces visas ayant l’avantage de n’avoir aucune restriction en matière d’emploi, vous aurez le même accès aux emplois que n’importe quel Japonais. Vous pouvez travailler dans n’importe quel domaine d’activité, êtes libre de changer de travail comme bon vous semble, et n’avoir aucune contrainte de quota horaire lié à un statut.

Faire apparaître la liste
Type de visa/statutDénomination anglaiseConditions/permis de travail
Époux ou enfant de nationalité japonaiseSpouse or Child of Japanese NationalÊtre marié ou être enfant d'une personne de nationalité japonaise. Vous avez le même accès au marché du travail qu'un Japonais.
Résident de long termeLong Term ResidentRéfugié, descendant d'une personne de nationalité japonaise
Résident permanent Permanent Resident Statut accordé aux personnes ayant vécu suffisamment longtemps au Japon.
Époux ou enfant d'un résident permanent Spouse or Child of Permanent ResidentÊtre marié ou être enfant d'une personne possédant un statut de résidant permanent. Vous avez le même accès au marché du travail qu'un Japonais.

J’expliquerai plus en détail dans de prochains articles comment obtenir chacun de ces visas.

|Je suis jeune et débute dans la vie : le visa d’étudiant et Working Holidays

Le visa d’étudiant

En principe ce statut  ne permet pas d’exercer un emploi au Japon. L’une des conditions à son obtention est de justifier de pouvoir subvenir à ses besoins pendant toute la durée des études avant de quitter son pays d’origine. Toutefois, une dérogation du bureau de l’immigration est possible. Il fixera les conditions de travail et le nombre d’heures autorisées.

 Le visa Vacances/travail — Travail d’été (Canada)

Ce statut permet d’exercer un emploi mais sous certaines conditions. Certains postes vous seront exclus et les heures hebdomadaires sont strictement réglementées. Toutefois, si vous avez moins de 30 ans il s’agit du visa/statut idéal pour venir au Japon. Vous pourrez ainsi appréhender la culture et le style de vie quotidien au Japon, et tâter le marché de l’emploi en vue de le transformer dans l’un des statuts vous permettant de travailler durablement au Japon. Je consacrerai ultérieurement une série d’ articles complets sur le sujet  .

|Puis-je faire un job d’été rémunéré en étant touriste ?

Non. Que cela soit clair,  toute activité rémunérée est interdite avec un statut de visiteur temporaire. Dans le cas contraire, vous vous exposez à des sanctions pouvant aller jusqu’à trois ans de prison, une amende de 300 000 yens et/ou la déportation avec une interdiction de rentrer au Japon pouvant aller jusqu’à cinq ans. Un travail « au noir » sera toujours à vos risques et péril. Il suffit qu’un collègue jaloux et mal intentionné (il en existe, même au Japon) vous dénonce et l’aventure japonaise s’arrêtera  ici pour vous. 

Toutefois, sous l’égide du bénévolat vous pouvez toujours adhérer à différents types de programmes proposant de réaliser des activités/travaux en échange du gîte et du couvert. C’est le cas du réseau WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms), une organisation internationale  existant depuis près de 40 ans et présente dans près de 38 pays dont la France et le Canada. Cela vous permet de travailler dans l’une de leurs fermes partenaires.

Vous trouverez tous les détails de l’antenne japonaise sur le site wwoofjapan.com. C’est une façon intéressante de découvrir le Japon d’une autre manière.


 Sur le même sujet

Ailleurs sur le web

Partager.

À propos de l'Auteur

Fondateur du site et coresponsable éditorial de Japonpratique.com. Josias est expatrié et marié à une Japonaise depuis 2011. Sa vie faite de hauts et de bas lui ont donné envie de partager et d’aider ses compatriotes francophones tentés par l’aventure japonaise.

6 commentaires

  1. Ohayo,
    Voila j’ai lu votre article et je me demandais si la suite pour les visas liés a un statuts personnel vous aller développé votre article sur ce sujet.
    Sayonara.

    • Ohayō SEB,
      Merci beaucoup pour votre commentaire. Un article consacré aux visas liés à un statut personnel est bien prévu. J’expliquerai plus en détail comment obtenir ces visas tout particulièrement le visa de mariage. Je pense le rédiger en priorité maintenant grâce à votre message.
      C’est très gentil d’avoir pris un peu de temps pour en faire la demande si vous avez d’autres demandes n’hésitez pas à nous les soumettre 🙂
      Matta ne .

  2. Je suis sous le régime d’un visa /travail, et je voudrais connaître mes droits ou la législation japonaise qui régit ce statut, car je me vois sanctionné par mon employeur depuis que je suis arrivé. Ma demande est urgente car je vais avoir une entrevue avec lui et je dois me défendre en connaissant mes droits. Par exemple sur la durée du contrat touchant ce type de visa. Concernant un contrat de 3 mois, de 6 mois, dans quel cas je peux obliger mon employeur à me renvoyer/licencier, mais aussi les indemnités, y ai-je droit ? Ce monsieur n’est pas du tout clair sur la façon dont il a d’indemniser ses employés étrangers. Nous sommes ici dans un petit village loin des grandes capitales, nous ne savons pas comment nous défendre. Mille mercis d’avance !

    • Bonjour, ESTEBAN, bien que je ne sois pas spécialiste en matière de droit du travail japonais je vais faire de mon mieux pour t’aider. Je me suis un peu documenté sur le sujet et je peux m’épauler de mes proches japonais (dont un spécialiste dans le domaine) si besoin.
      ✢ Tout d’abord, tel que je l’ai mentionné dans l’article il n’existe pas un visa de travail universel au Japon. Mais plutôt des statuts de résident t’autorisant ou non à travailler. Tes conditions d’embauche donc de contrat (durée, etc…) vont en dépendre grandement.Pourrais-tu m’indiquer ton statut s’il te plait ? S’agit il d’un spouse visa ? d’un working holiday ? Ou d’un autre statut ? Tu trouveras cette information sur ta carte de résident.
      ✢ Ensuite concernant la rupture d’un contrat de travail pourrais-tu être plus explicite sur le fait « d’obliger ton employeur à te renvoyer/licencier ». Premièrement je vois difficilement comment tu pourrais le contraindre à te licencier et deuxièmement à moins qu’il s’agisse d’une période d’essai il devra forcément motiver les raisons de ton licenciement. En la matière il n’existe pas de si grande différence avec la France.
      ✢ Concernant les indemnités pour la faire simple : Si tu démissionnes tu auras droit de percevoir des indemnités chômage au bout de 3 mois. Par contre si c’est l’entreprise qui te licencie tu auras droit de percevoir des indemnités sans délai.
      Dans les deux cas ton employeur te remettra un document qui te servira de pièce pour ton dossier d’indemnisation que tu créeras à l’Hello work, le service public de l’emploi japonais, de ton secteur.

  3. Bonsoir,
    D’abord merci pour toutes ces précieuses informations.
    J’aurai une question:
    Si on est marié à une personne ayant le statut de résident permanent on obtient le visa nous permettant d’exercer et d’habiter au Japon. Mais admettons qu’après quelques années de vie commune la situation se dégrade pour X raisons et abouti sur un divorce. Qu’advient-il de nous? Perdons nous notre visa? Somme nous contraint de tout quitter pour retourner dans notre pays?

    Merci d’avance.

    • Bonsoir Dareka merci pour ton commentaire,
      En cas de divorce tu garderas le bénéfice de ton visa jusqu’à expiration. Cependant, tu seras dans l’incapacité de le renouveler étant donné que le conjoint doit fournir certaines pièces pour compléter la demande de renouvellement. La solution pour ne pas tout quitter et retourner dans son pays c’est de changer de statut de résident.
      Le statut de résident permanent est la meilleure option si tu rentres dans les critères d’attributions.
      La vie est ainsi faite au Japon pour les étrangers. Le Japon n’est pas une terre d’immigration. Pas de travail = pas de visa (ou de renouvellement) ou pas de conjoint = Pas de visa (ou de renouvellement).
      À moins de posséder le Saint-Graal du statut de résident permanent, un étranger sera souvent tributaire d’une personne morale ou physique au Japon: l’entrepreneur de son entreprise, le travailleur de son employeur, le marié de son conjoint.

Laisser un message