Final Fantasy XV Pocket Edition, à déguster sans modération

0
Pocket

7.0 Très bon

Pas forcément attrayant de premier abord de par son côté "version light" d'un Final Fantasy assez décrié, cette Pocket Edition arrive pourtant à crée la surprise pour peu qu'on lui laisse sa chance. Bourré de bonnes intentions malgré quelques imperfections techniques, il saura vous faire passer un très bon moment. L'essayer, c'est l'adopter.

  • 7
  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Final Fantasy XV Pocket Edition est une version allégée du célèbre jeu de rôle de Square-Enix. N’ayant pas encore touché à la version « maitresse », je vous propose mon avis sur un petit jeu qui cache bien ses atouts avec ce test de la version Nintendo Switch.

Il était une fois un prince…

Final Fantasy XV Pocket Edition

À la base né pour être jouable sur mobile iOS et Android, Final Fantasy XV Pocket Edition (FF15PE) est une version édulcorée se concentrant sur le scénario et le gameplay rapide, pour des sessions courtes qui siéent bien à l’usage des smartphones. Exit donc tout l’aspect « monde ouvert », pour se concentrer sur du jeu rapide. Mais sous couvert d’un petit jeu sans prétention, FF15PE n’en est pas moins pourvu d’une richesse très surprenante.

Basé sur un découpage en 10 chapitre d’1h30 environ, il sait se montrr très généreux de par sa variété de gameplay avec notamment une nouvelle idée par chapitre, ses environnements, son rythme qui monte en puissance jusqu’à un final en apothéose. Pour rapidement conter l’histoire sans entrer dans les détails, Noctis le prince du royaume de Lucis part avec 3 amis (Ignis, Gladiolus, Prompto) pour Altissia où doit être célébré son mariage avec Lunafreya dans le cadre d’un traité de pays entre Lucis et Niflheim. Mais lors de leur absence, le Roi Régis est tué. Pour monter sur le trône et succéder à son père, Noctis doit parcourir le monde à la recherche des armes des anciens rois dans le but de devenir assez fort pour récupérer le Cristal apportant la protection à Lucis contre les forces du Mal, les Daemons. Bien sûr c’est très simplifié car, comme tout bon Final Fantasy, ce numéro 15 dévoile ses surprises au fil de l’aventure. Dans un monde frappé par la guerre des hommes et les hordes de Daemons, vous n’aurez que peu de moments de répit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du RPG à l’ancienne

Final Fantasy XV Pocket Edition

FF15PE propose de parcourir des lieux divers et variés, que vous reliez grâce à la Regalia (la voiture du roi), par bateau ou à dos de chocobo. Le jeu se découpe en plusieurs phases de jeu, à commencer par l’exploration des villes (ou parfois simplement des stations services). Vous y rencontrez différends alliés pour vous guider, réalisez des quêtes annexes comme la recherche de figurines ou d’ingrédients pour cuisiner (vous serez à chaque fois récompensé par un gain d’expérience vous rendant de plus en plus fort lors des combats pour chaque quête accomplie), faites vos emplettes (potions de guérison, nouvelles armes pour vous et vos alliés…).

Une deuxième phase vous envoie en mission dans des « donjons » prenant la forme de grottes, de bases militaires, de marais, de montagnes… Ces donjons sont découpés en portions remplies d’ennemis qu’il faut vaincre pour continuer votre progression (impossible d’y échapper en général). Pour cela, vous avez à disposition plusieurs facultés comme l’attaque à l’arme blanche (au choix l’épée, l’épée à deux mains ou la lance), la roulade pour esquiver (sur la version console du moins, je n’ai pas trouvé cette possibilité sur mobile), ou la téléportation permettant de foncer sur vos ennemis ou d’atteindre des zones hors de portée. Vous débloquez par la suite d’autres compétences comme des boostes d’attaque grâce aux armes des rois obtenues, de la magie à trouver sur le terrain, des invocations de chimères, des attaques de soutien de la part de vos amis, de nouveaux combos… Un sphérier est présent dans le menu pour débloquer de nouvelles facultés grâce à des points glanés lors des combats. De quoi enrichir encore les combats avec une personnalisation de votre combattant.

Si ce découpage est globalement toujours le même et très classique dans les RPG japonais, il y a parfois quelques variantes dans votre progression avec l’accès à une mitraillette, la conduite de la Regalia, des phases de fuite ou d’infiltration, des combats scriptés (avec des Quick Time Event, où il faut appuyer sur le bouton indiqué à un moment précis)…, qui donnent du corps et apportent un certain sens de la mise en scène. Toutes ces possibilités donnent un jeu toujours divertissant, jamais ennuyeux. De plus, sa grande facilité donne à la progression une fluidité exemplaire, appréciable pour qui ne veut pas se prendre la tête (ça reste un jeu mobile, pas toujours aisé d’y accorder une énorme concentration).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Moteur, action !

Final Fantasy XV Pocket EditionLa réalisation est de son côté exemplaire. Si son physique peut paraître étrange avec sa plastique « mignonne » qui ne plaira pas à tout le monde, force est d’admettre que le résultat est probant. De par la puissance modeste des téléphones, il a fallu faire des concessions vis-à-vis du visuel de départ. Les décors ont donc été simplifiés, les personnages changés en marionnettes (avec un visage fixe, ce qui nuit un peu à la narration lors de certaines scènes poignantes) et les zones réduites à un labyrinthe de couloirs. Mais le travail sur la lumière est fabuleux, les environnements ont tous un certain cachet, la mise en scène est percutante et les animations suffisamment convaincantes pour nous entrainer dans l’aventure. La technique est parfois défaillante avec des temps de chargement assez longs entre les différentes zones, la présence de nombreuses saccades (ne gênant à aucun moment la progression), ou encore le temps de latence pour accéder au menu. C’est bien dommage, la Nintendo Switch étant largement capable d’afficher tout ça sans fléchir si le travail d’optimisation avait été fait correctement. Dommage aussi de ne pas avoir intégré comme c’est pourtant le cas sur la version mobile les interactions avec l’écran tactile (les développeurs ayant créé une seule version identique pour la Playstation et la Xbox One qui en sont dépourvus).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais c’est tout de même assez peu lui reprocher, d’autant que cette réalisation est soutenue pour une bande-son exceptionnelle. Réutilisant la musique du jeu de base composée par SHIMOMURA Yoko, nous avons droit à des morceaux orchestraux de haut niveau renforçant l’immersion. Tantôt rock, tantôt blues, tantôt mélancoliques, ils savent s’intégrer à toutes les situations. Et pour ne rien gâcher, le jeu est doublé intégralement en français (l’anglais et le japonais sont également disponibles) avec un rendu très honnête, ce qui n’est pas si souvent dans le jeu vidéo.

 

Je partais avec un certain à priori, n’étant pas fan des jeux mobiles à la base. Mais très intéressé par l’univers du jeu (je vous conseille au passage le film « Kingsglaive : Final Fantasy XV » servant de préquelle et qui paraît indispensable pour comprendre certains pans du scénario), je me suis lancé dans l’aventure en attendant d’avoir assez de temps à accorder au vrai jeu. J’en suis ressorti les yeux plein d’étoiles, avec des passages sublimes (dont les deux dernière chapitres, des modèles de perfection). Avec son côté « à l’ancienne », j’y ai retrouvé l’esprit de la série Final Fantasy, ce qui est bien plus que je n’espérais. À 30€ pour prix de base, ça reste cher à cause de sa réalisation en dents de scie. Mais n’hésitez pas lors d’une des nombreuses promotions (en général 15€) dont il fait souvent état. Et pour ceux qui auraient encore des doutes, n’hésitez pas à télécharger le premier chapitre disponible gratuitement sur iOS et Android.

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.