Gatchaman

2
Pocket

3 Bof

Il y avait du potentiel pour rafraichir cette licence maintenant quarantenaire. Mais en restant sur ses acquis, Gatchaman en devient un film dont on ne retiendra pas grand chose. Malgré les moyens alloués pour cette adaptation, les personnages et le scénario manquent vraiment trop de consistance pour qu'on s'y attarde à moins d'être un très gros fan (et encore).

  • Note des Utilisateurs (1 Votes) 0.6

Gatchaman est de retour pour nous jouer un mauvais tour. Fort de son succès en dessin animé, La Bataille des Planètes revient sous la forme d’un film live. Malgré une remise à neuf, le poids des ans commence à se faire sentir…

Du neuf avec du vieux

Gatchaman 3Diffusé pour la première fois au début des années 80 en France, La Bataille des Planètes a connu un petit succès chez nous après avoir fait ses preuves aux États-Unis. Né au Japon en 1972 grâce au studio Tatsunoko Productions qui a créé en premier lieu une série de 105 épisodes, Gatchaman a continué son existence au travers de plusieurs autres séries (parfois en coproduction avec d’autres pays commes les USA), de films d’animation, et enfin un film sorti au Japon en 2013 et qui fait l’objet de cet article. Pour présenter rapidement cette licence que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, il s’agit d’une série inspirée des Sentais, avec donc une bande de supers héros en costumes qui luttent contre des envahisseurs venus de l’espace (je vous renvoie à l’article sur Hikounin Sentai Akibaranger pour plus de renseignements sur ce qu’est un Sentai). Les Galactors ont envahi la Terre et ont répandu un agent toxique qui contamine les humains et les transforme en soldats. Nos 5 jeunes combattants sont alors envoyés pour éradiquer cette menace menée par le surpuissant Berk Kattse.

Bande-annonce du film (en japonais)

Le film Gatchaman reprend ce plot de départ. Au milieu du XXIème siècle, l’Europe est dévastée par l’attaque des Galactors contrôlant maintenant totalement ce territoire. Les autres parties du monde résistent tant bien que mal de leur côté. Nous retrouvons donc Ken, Joe, Jun, Jinpei et Ryu qui composent les Gatchamans. Grâce à leur capacité à devenir des surhommes au contact d’un cristal spécial, ils ont pour mission de s’opposer au plan de Berk Kattse visant à détruire le Japon. Ils sont bien aidés par leurs employeurs, l’International Science Organisation qui leur fournit toutes sortes d’armes et un soutien logistique de premier plan. Mais le passé commun entre Joe et Ken et les difficultés qu’ils ont rencontré quelques années auparavant (un amour commun mort lors d’une ancienne mission) ne va pas faciliter l’union dont ils ont besoin. Si la jolie Jun essaye de tenir le groupe autant que faire se peut, ils devront tout de même faire face à leurs souvenirs et trouver la force en eux de se battre pour sauver le monde.

Une retraite à prévoir

Gatchaman 2Commençons tout d’abord par les bonnes choses. Alors que les costumes du dessin animé semblaient difficiles à reproduire sans que nous héros en perdent à jamais toute crédibilité, un compromis a été trouvé pour leur donner de vraies allures de supers héros, sans pour autant trahir le matériau d’origine. Ils sont donc parés pour se lancer dans leur bataille contre les Galactors, dans des chorégraphies plutôt réussies, avec de belles idées de mise en scène. Les effets spéciaux sont de bonne facture malgré un petit côté « cheap », avec destruction de Tōkyō et de ses quartiers connus, gros monstres qui font peur, rayons lasers qui pleuvent à l’écran… et c’est à peu près tout. Je peux quand même rajouter  à ça le générique de fin puisqu’ils ont utilisé la chanson de BUMP OF CHICKEN, Niji wo Matsu Hito (虹を待つ人).

« les acteurs ont du mal à ne pas paraître caricaturaux »

Car pour le reste c’est globalement raté. Non pas que l’adaptation ne soit pas fidèle, mais elle l’est peut-être un peu trop pour coller aux standards du XXIème siècle. Si on a de belles scènes d’action au début et à la fin, on s’ennuie énormément pendant ces deux morceaux. Les scénaristes ont pourtant semblé de bonne volonté en collant quelques twists ou quelques problèmes liés aux personnages, mais c’est tout de même de la redite énorme, des choses qu’on n’ose plus que dans les téléfilms tellement ces idées sont éculées.

Gatchaman 4Les acteurs auraient pu servir de liant dans les situations supposées être émotionnellement fortes, mais ils ont du mal à ne pas paraître caricaturaux. MATSUZAKA Tori qui tient le rôle de Ken essaye de jouer à l’homme blessé intérieurement, il ne passe au final que pour un gars imbu que l’on a envie de frapper. Son alter-égo Joe (interprété par AYANO Gou) est l’homme revanchard et en colère classique. Si AYANO a vraiment un charisme fort grâce à son faciès unique, cela fonctionnait beaucoup plus dans Crow Zero II par exemple. GORIKI Ayame est pleine de fraicheur comme à son habitude, mais elle a ici un rôle un peu trop « adulte ». C’est peut-être un sentiment personnel comme je suis plutôt coutumier de ses personnages d’adolescente naïve et pleine de vie. Toujours est-il qu’on n’y croit pas vraiment ici. Quant aux deux autres du groupe Gatchaman (HAMADA Tatsuomi et SUZUKI Ryohei, ils sont uniquement là pour jouer les clowns qui amusent la galerie (alors que le film se donne des allures très/trop sérieuses). Seule HATSUNE Eriko tient plutôt bien Berk Kattse, tant qu’elle garde son masque.

Ce film semble être fait pour les fans (ce que je ne suis pas), et uniquement pour eux. En l’état, ça reste un film un peu trop moyen pour être conseillé. Trop attaché à la licence, il se retrouve enfermé dans son carcan et se voit privé de sa liberté d’innover. Sans idées, sans inspiration, il fait le minimum malgré une esthétique prometteuse. Dommage…

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

2 commentaires

  1. Ce film n’est pas vraiment fidele au materiau d’origine non plus:
    Il n’y a aucun Virus X dans la serie originale… Galactor est en fait compose d’humains normaux (seul le commandant, Berg Katse, etait un mutant ne de la fusion de eux bebes de sexe oppose: il peut donc prendre une apparence d’hommes et de femme devenant la mysterieuse Femme capitaine de Galactor sans nom aucun quand il est demasque (meme ses hommes ne savent pas sa reelle identite quand il est sous sa forme feminine) ou un homme (il peut aussi parler usant des deux voix simultanes, ce qu’il ne fait que dans l’episode 102). Ici ils ont choisi d’en faire une femme qui aurait un lien avec deux des heros alors que ce n’est pas le cas dans la serie d’origine…
    Galactor est en fait, dans la serie, ue organisation terroriste composee d’humains diriges par un mysterieux patron du nom de Sosai X (Generalissime X) qui est en fait… le seul extraterrestre de la serie (Mais jamais les membres de Galactor dans la 1ere serie,ne verront le vrai visage de leur chef puisqu’il ne parle qu’au commandant et par ordinateur interpose via un avatar sur l’ecran)
    Sosai X donne aux terroristes l’acces a une technologie defiant toute imagination tels des robots geants ou autres (ici, dans ce film, seul le Kataroller des episodes 51 a 52 fait un coucou mais rien d’autre)

    La serie TV malgre ses cote one sots possede plusieurs fils rouges dont:
    Les meurtriers des parents de Joe
    La maladie de Joe
    La recherche par Ken de son pere
    le mystere entourant le mysterieux chef de l’escadron ReD iMPULSE de l’ISO
    la mysterieuse identite de Berg Katse et de la femme capitaine de Galactor
    et d’autres encore…

    alors que pas mal de ces plot points auraient pu etre abordes dans le film nous ne nous retrouvons qu’avec un simple plan de Glaactor (devenu ici des humains affectes par un virus les transformants en monstres a pouvoirs alors qu’aucun des Galactors n’a de pouvoirs veritables dans la serie d’origine) et un triangle amoureux qui va nous casser les b… jusqu’a la fin! En fait entre le premier quart d’heure et les dix dernieres minutes, il ne se passe.. Rien! Un comble pour une serie adaptant un materiau de base de 105 episodes ou il se passe toujours quelque chose de se voir trahir dans le concept (aucun gatchaman n’a de gemmes dans la serie d’origine non plus) dans un film qui ne propose que deux courtes scenes d’action pourtant si bien foutues qu’on aurait aime en voir d’autres!
    En fait on en a plein les yeux le premier quart d’heure malgre les changements apportes a l’histoire de la serie et on se dit que ca va etre un super film bien distrayant! Que nenni! Gatchaman a du exploser tout ses moyens dans les tournages de la premiere scene de baston parce qu’apres… C’est le vide integral!

    Bon sang, si c’est pour faire aussi mauvais faites plutot un remake fidele du film anime de 1978, la au moins il s’en passe des trucs malgre un leger probleme (tout le fil rouge concernant le vrai visage de Katse disparait au montage du film de 1978) mais au moins il est beaucoup plus distrayant que c elive action!

Laisser un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.