Umi ga Kikoeru

0
Pocket

4 Médiocre

Umi ga Kikoeru est une production Ghibli, mais on a un peu de mal à le croire au vu des ses lacunes. Avec quelques efforts en plus, on aurait eu un bon film. Mais en l'état, ce n'est pas forcément une perte qu'il ne soit pas arrivé jusqu'en France...

  • Note des Utilisateurs (0 Votes) 0

Umi ga Kikoeru est un téléfilm des studios Ghiblis. Diffusé au Japon en 1993, voilà un film méconnu tranchant radicalement avec les productions habituelles de la firme Tokyoïte.

Triangle amoureux

Umi ga Kikeru 5Taku est un lycéen sans histoires vivant à Kōchi, une petite ville sur l’île de Shikoku. Lors de sa dernière année, le voyage scolaire doit l’envoyer avec sa classe à Hawaï. Pour payer son séjour, il doit donc consacrer une bonne partie de son temps à travailler dans un restaurant, ce que n’approuvent pas vraiment ses professeurs qui voient ses résultats en pâtir. En plein milieu d’année, la jolie Rikako est transférée depuis Tōkyō dans le lycée de Taku, et dans la même classe que son meilleur ami Yutaka. Une rivalité va naître entre les deux jeunes hommes pour s’attirer les faveurs de la demoiselle, qui n’accepte pas vraiment son transfert forcé à cause de la séparation de ses parents et sa nouvelle vie loin de ses amis de la capitale.

Un peu trop réel

Umi ga Kikeru 3Pas de magie, pas de fantastique, pas d’univers féérique. Cette fois Ghibli a choisi l’adaptation du roman de HIMURO Saeko et se garde bien d’y ajouter les ingrédients dont il est si friand d’ordinaire. Umi ga Kikoeru (海が聞こえる ou « je peux entendre la mer » pour une traduction littérale) est une œuvre ancrée dans la réalité et ne s’en sépare jamais. C’est un bon moyen de découvrir la vie normale de jeunes gens loin de la mégalopole qu’on a l’habitude de voir. Une histoire simple, une petite tranche de vie dont on suit l’avancée lente et sans remous… et dont on se fiche un peu en fait. Car si la réalisatrice MOCHIZUKI Tomomi a placé les déboires amoureux de ses personnages au cœur du récit, on ne rentre jamais en connivence avec eux. La mise en scène est plutôt originale (avec certains plans et certaines transitions présentés comme des tableaux), les décors sont magnifiques, on a une jolie carte postale de Shikoku. Mais l’important est bâclé, l’interaction entre les personnages un peu trop sommaire.

Où sont les personnages?

Umi ga Kikeru 2Taku est un garçon certes attachant mais dont on ne comprend absolument les réactions. Il ne les comprend d’ailleurs pas lui-même et cela donne le sentiment d’incohérence dans la construction de son personnage. Yutaka est présent seulement par intermittence, et on ne connait rien de lui à la fin du film (peut-être que les 1h12 ne suffisent pas ?). Et Rikako est surement le personnage le plus raté que j’aie vu dans un film Ghibli. Elle est détestable au possible avec les deux garçons qui ne semblent pas tant dérangés que cela par son comportement. Elle les manipule, ne sait pas ce qu’elle cherche, ni où elle va. Bien sûr, sa situation difficile (le divorce de ses parents, sa séparation avec ses amis, son adaptation difficile avec sa nouvelle classe) explique tout à fait son comportement. Mais sa peine n’est pas du tout mise en avant et si on la devine en étant un minimum compréhensif, cela me paraissait nécessaire de la montrer à l’écran, et par d’autres moyens que des petites pleurnicheries. Cela peut sembler dur car certains dialogues sont plaisants et on arrive parfois à s’y attacher, mais c’est vraiment trop juste pour un film signé Ghibli. Il est d’ailleurs étonnant de voir à quel point le doublage d’Umi ga Kikoeru a été si peu soigné. Les voix sont forcées alors que les expressions faciales des personnages ne suivent pas (le design des protagonistes ayant lui aussi précipité, surement un manque de moyens financiers) et cela provoque un décalage assez désagréable. En clair, les personnages pouvaient être intéressants de par la relation peu commune qu’ils entretiennent. Mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Une petite déception donc pour Umi ga Kikoeru. Le résultat aurait été, je pense, bien meilleur avec un film live et non en animé. Il n’a pas traversé nos frontières (disponible tout de même en import anglais pour les gourmands), et ce n’est finalement pas un mal…

Umi ga Kikeru 4

Partager.

À propos de l'Auteur

Administrateur du site "japonpratique.com". Ayant un amour incommensurable pour ce pays et ses habitants depuis tout petit, je partagerai ma passion à travers de nombreux articles sur le cinéma, la musique, la littérature, les mangas, les dramas ou encore les jeux vidéo.

Laisser un message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.